Project

Back to overview

LES COMPÉTITIONS RELIGIEUSES DANS L’ANTIQUITÉ TARDIVE : un laboratoire de nouvelles catégories, taxinomies et méthodes.

English title RELIGIOUS COMPETITIONS IN LATE ANTIQUITY : A Laboratory of New Categories, Taxonomies and Methods
Applicant Massa Francesco
Number 181185
Funding scheme Eccellenza fellowship
Research institution Département des Sciences Historiques Université de Fribourg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline Ancient history and Classical studies
Start/End 01.01.2019 - 31.12.2023
Approved amount 1'854'184.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Ancient history and Classical studies
Religious studies, Theology

Keywords (5)

Compétitions religieuses; Histoire de l'Empire romain; Histoire des idées; Christianisme ancien; Histoire des religions antiques

Lay Summary (French)

Lead
Les catégories que nous utilisons aujourd’hui pour parler des religions ne sont pas neutres. Elles dérivent en grande partie d’un travail de sélection, d’appropriation et de réorientation lexical et sémantique effectué par les auteurs de l’Antiquité tardive (IIe-VIe siècles). Ce travail passe par l’invention de nouvelles catégories (par exemple le paganisme), mais surtout par des transformations sémantiques qui investissent d’un sens nouveau des termes déjà existants (religion, conversion, liturgie, hérésie). Ce phénomène se situe dans l’espace multiculturel et multireligieux de l’Empire romain.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche
Le projet vise à montrer comment les compétitions religieuses de l’Antiquité tardive entre païens, juifs et chrétiens ont produit ce que j’appelle un « laboratoire du religieux », à savoir un lieu de production de nouvelles catégories religieuses et réflexions sur la religion qui caractérise les siècles de l’Antiquité tardive. Grâce à la notion de compétition, on pourra étudier les interactions religieuses de l’Antiquité tardive comme agents de détournements, reformulations, controverses qui ont conduit à un nouveau cadre conceptuel. La recherche est construite autour de trois étapes : (1) l’émergence d’un nouveau vocabulaire religieux et d’une nouvelle définition de la religion ; (2) la nécessité chrétienne de classifier et hiérarchiser les traditions religieuses de l’Empire romain ; (3) la naissance d’un discours chrétien évolutionniste sur les religions.

Contexte scientifique et social du projet de recherche
L’objectif principal du projet est une nouvelle interprétation des phénomènes religieux de l’Antiquité tardive et de leurs conséquences sur l’histoire de la pensée occidentale. Plus particulièrement les résultats permettront d’historiciser nos catégories de pensée sur la religion, renouveler l’étude des rapports entre paganisme et christianisme et réintégrer le(s) christianisme(s) dans les religions de l’Empire romain.

 
 
 
Direct link to Lay Summary Last update: 05.12.2018

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

Les catégories que nous utilisons aujourd’hui pour parler des religions ne sont pas neutres. Elles dérivent en grande partie d’un travail de sélection, d’appropriation et de réorientation lexical et sémantique effectué par les auteurs chrétiens de l’Antiquité tardive (IIe-VIe siècles). Ce travail passe par l’invention de nouvelles catégories (par exemple « paganisme »), mais surtout par des transformations sémantiques qui investissent d’un sens nouveau des termes déjà existants (« religion », « conversion », « liturgie », « hérésie », « mysticisme »). Ce phénomène se situe dans l’espace multiculturel et multireligieux de l’Empire romain.Mon projet vise à montrer comment les compétitions religieuses de l’Antiquité tardive ont produit ce que j’appelle un « laboratoire du religieux », à savoir un lieu de production de nouvelles catégories religieuses et réflexions sur la religion. L’un des buts des auteurs chrétiens anciens était de créer une identité religieuse pour les individus et les groupes sociaux, qui soit indépendante des autres aspects de la vie sociale et politique. Il s’agit d’une réelle rupture car les polythéismes antiques ne conféraient pas d’identité religieuse comme telle. Cette nouveauté a permis à la notion de « religion » de devenir fondamentale tant dans les débats savants que dans l’organisation de la vie sociale et politique. C’est dans ce contexte que les penseurs de l’Antiquité tardive ont produit un nouveau discours sur la religion : sous l’influence des auteurs chrétiens notamment, une nouvelle rhétorique commence à se développer, visant à distinguer la vraie et unique religion des superstitions, hérésies, fausses croyances, en un mot des « religions des autres ». Pour paraphraser l’anthropologue Jack Goody (2006), on pourrait parler du « vol chrétien de la religion » pendant l’Antiquité tardive, un phénomène qui a mené l’Europe chrétienne à imposer une manière de penser et de parler de la religion qui a influencé l’histoire de la pensée occidentale jusqu’à aujourd’hui. Trois phénomènes seront analysés par l’équipe du projet : (1) l’émergence d’un nouveau vocabulaire religieux et d’une nouvelle définition de la « religion » ; (2) la nécessité chrétienne de classifier et hiérarchiser les traditions religieuses de l’Empire romain ; (3) la naissance d’un discours chrétien sur les religions.Mon hypothèse est que les compétitions religieuses entre païens, juifs et chrétiens ont été le moteur de ce laboratoire du religieux. En utilisant la notion de « compétition », il est possible d’étudier les interactions religieuses de l’Antiquité tardive comme agents de détournements, reformulations, controverses qui ont conduit à un nouveau cadre conceptuel et de relever les rapports de force et de pouvoir au sein des sociétés tardo-antiques.L’équipe (composée de deux doctorant-e-s et un-e post-doctorant-e et une collaboratrice) travaillera sur un corpus varié (textes littéraires, juridiques, conciliaires, épigraphiques), en apportant une attention particulière aux contextes historiques dans lesquels ces nouvelles catégories religieuses apparaissent et se développent. Les résultats de la recherche seront partagés sur un site internet qui ambitionne de devenir un point de repère pour les spécialistes des religions de l’Antiquité tardive. En se concentrant sur la question de savoir comment une nouvelle conception du discours sur les religions s’est imposée pendant l’Antiquité tardive, les recherches de l’équipe éclaireront l’influence de cette période sur les catégories et les méthodes de l’histoire des religions. Elles mettront au centre d’une analyse critique le rôle joué par les discours comme moyens des constructions intellectuelles et idéologiques.
-