Project

Back to overview

Migrer, négocier, habiter : résistance et translocalité de migrants illégalisés originaires d'Afrique subsaharienne au sein des régimes de mobilité européens

English title Migrating, bargaining, dwelling : resistance and translocality of illegalised migrants from sub-Saharan Africa inside the european mobility regimes
Applicant Vuilleumier Louis
Number 188025
Funding scheme Doc.CH
Research institution Chaire d'Anthropologie Sociale Faculté des sciences économiques et sociales Université de Fribourg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline Ethnology
Start/End 01.11.2019 - 31.10.2023
Approved amount 257'833.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Ethnology
Sociology

Keywords (5)

Border studies; Dwelling; Trajectory; Mobility regimes; Illegalised migration

Lay Summary (French)

Lead
La métaphore d’une « Europe Forteresse » prétend que l’Union Européenne (UE) a tendance à verrouiller hermétiquement ses frontières nationales. Pourtant, la présence d’une population réussissant à vivre dans l’illégalité sur une durée plus ou moins longue, loin d’être une pathologie ou la preuve de l’inefficience des politiques migratoires européennes, se révèle être une configuration intrinsèque des Etats-nations contemporains. Ce projet de recherche s’intéresse aux migrants étiquetés comme « sans papiers » et leurs capacités à rester sur un territoire.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

 

L’UE opère une sélection des ressortissant·e·s de certaines nationalités ou bénéficiant de certaines compétences. L’accès à la mobilité au sein de l’Europe correspond ainsi à un tri hiérarchisé, inégal et discriminatoire. Ce projet doctoral propose d’analyser comment une population migrante précarisée s’approprie les contraintes des régimes migratoires européens qui tentent de restreindre leurs déplacements

Dans un premier temps, il examinera comment les migrants illégalisés négocient les contraintes imposées par les régimes de mobilité européens, leurs capacités à s’approprier les contraintes structurelles par des résistances discrètes mais réelles. Deuxièmement, leurs projets migratoires seront analysés à travers l’évolution de leurs trajectoires socio-spatiales. Finalement, il s’agira d’appréhender comment les migrants illégalisés organisent leur (im)mobilité : leurs manières de s’ancrer physiquement et socialement et le rôle des co-migrants et des intermédiaires locaux dans leurs multiples territorialisations.

 

Contexte scientifique et social du projet de recherche

 

L’appropriation des régimes de mobilité représente un champ de recherche émergeant dans l’univers académique suisse. Mon projet doctoral contribuera à l’approfondissement des border studies en prenant en considération les contraintes et les inégalités structurelles exercées par les Etats-nations sans pour autant être théoriquement orienté par la logique de l’Etat-nation.

Direct link to Lay Summary Last update: 22.07.2019

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

Ce projet doctoral approfondit l’approche des régimes de mobilité en articulant, d’une part, les processus d’appropriation des contraintes structurelles et, d’autre part, les projets et les ancrages translocaux de migrants illégalisés. Ma recherche doctorale s’appuie sur une enquête de terrain multi-située, des entretiens biographiques et des observations participantes à travers une « trajectory ethnography ». Cette démarche méthodologique originale contribuera à développer les méthodes mobiles en les articulant à la grounded theory tout en dépassant le cadrage du nationalisme méthodologique.Ce projet doctoral contribuera aux champs des border studies en analysant les conséquences de l’internalisation des frontières nationales européennes sur les trajectoires socio-spatiales d’une population confrontée à une vulnérabilité sociale, économique et résidentielle. De plus, en me situant au niveau des expériences quotidiennes des individus, je m’éloigne d’une vision trop abstraite de l’agency en considérant les migrants illégalisés comme des sujets politiques capables de résistance. Ainsi, cette étude produira de nouvelles données sur les régimes de mobilité européens et les manières dont des migrants au statut administratif précaire parviennent ou non à les négocier.
-