Project

Back to overview

Décentrer l’institution scolaire pour construire les bases de la collaboration entre l’école et les familles ? Une recherche ethnographique au sein d’une administration scolaire cantonale (DÉCOLLE)

English title Decentering school in order to facilitate parent-school collaboration ? An ethnographic research in a regional school administration
Applicant Ogay Tania
Number 185465
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Departement Erziehungswissenschaften Universität Freiburg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline Educational science and Pedagogy
Start/End 01.08.2019 - 31.07.2023
Approved amount 378'988.00
Show all

Keywords (4)

ethnography of education; ethnocentrism; family school relationship; school administration

Lay Summary (French)

Lead
La collaboration entre l’école et les familles, en particulier celles issues de la migration ou de milieux défavorisés, est considérée comme favorable à la réussite scolaire des élèves. En observant le quotidien des cadres d’une administration scolaire cantonale, cette recherche ethnographique investigue le rôle de l’ethnocentrisme de l’institution scolaire dans les difficultés rencontrées à concrétiser la collaboration entre l’école et les familles.
Lay summary

Notre précédente recherche avait observé la difficulté d’enseignantes d’un établissement scolaire à construire une relation de collaboration avec les parents d’élèves. L’ethnocentrisme de l’institution scolaire nous était alors apparu comme un obstacle majeur à la collaboration école-familles : considérant le cadre de référence de l’école comme une évidence devant être partagée de tous, les professionnels de l’école peinent à se représenter les cadres de référence et donc les besoins des parents, qui ne sont pas tous familiers des normes et codes de l’école. Quittant le terrain d’un établissement scolaire, ce projet s’intéresse à des acteurs encore largement ignorés par la recherche, dont l’action est pourtant significative pour donner forme à l’école comme institution : les cadres d’une administration scolaire cantonale. L’observation du quotidien de leur activité pendant trois années d’enquête ethnographique vise à comprendre le rôle que joue l’ethnocentrisme institutionnel dans la collaboration que l’école est désormais appelée à construire avec les familles. Ce faisant, le projet vise à dépasser le constat des difficultés de la collaboration école-familles pour analyser une des causes possibles, l’ethnocentrisme institutionnel de l’école. Le projet vise également à avoir un impact concret sur le terrain en favorisant, par la réalisation même de la recherche, un processus de décentration auprès des cadres scolaires. Le projet ouvrira ainsi de nouvelles perspectives pour la formation des cadres scolaires à la collaboration avec les familles, une facette encore largement sous-estimée de leur activité.

Direct link to Lay Summary Last update: 13.06.2019

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
152695 Quand l’enfant devient élève, et les parents, parents d’élèves. Construction de la relation entre les familles et l'école lors de l'entrée à l'école 01.06.2014 Project funding (Div. I-III)

Abstract

Devant l’enjeu que représente l’égalité des chances pour nos sociétés de plus en plus culturellement diverses et interconnectées, développer la collaboration entre l’école et les familles - en particulier celles issues de la migration et/ou socialement défavorisées - est reconnu comme un moyen important pour amener tous les élèves à la réussite. Or les recherches - y compris notre précédent projet COREL, financé par le FNS, réalisé dans un établissement scolaire du canton de Fribourg - montrent la difficulté à concrétiser cette collaboration. Qui peut même avoir des effets contraires pour les familles censées en bénéficier : lorsqu’ils ne partagent ni les implicites de l’école ni ses codes, les parents ne coopèrent pas de la façon attendue par les acteurs scolaires, ce qui contribue encore à leur disqualification alors que les parents bien au fait de la culture scolaire, généralement de classe moyenne ou supérieure, investissent le partenariat offert pour renforcer leur position. Les recherches conduites sous différentes latitudes font très largement un constat décevant des résultats des politiques visant à promouvoir la collaboration entre l’école et les familles. Pour autant, à l’exception de travaux anglo-saxons qui étudient la relation école-familles et le leadership scolaire dans une perspective liée à la théorie critique, la recherche des causes des difficultés rencontrées dans la collaboration entre l’école et les familles est encore peu avancée.À la suite de notre précédente recherche dans laquelle nous avons constaté la difficulté des enseignants à prendre de la distance par rapport à leur propre perspective pour se représenter celle des parents, le présent projet vise à investiguer plus avant l’hypothèse que nous avons formulée d’un ethnocentrisme de l’institution scolaire comme obstacle majeur à la collaboration école-familles. Au-delà de l’ethnocentrisme des acteurs individuels, c’est à l’ethnocentrisme de l’école en tant qu’institution, perceptible notamment dans ses règlements et prescriptions, que nous nous intéressons. Pour cela, nous comptons réaliser une étude ethnographique au sein d’une administration scolaire cantonale, un terrain encore inexploré par les chercheurs, les rares recherches disant porter sur l’administration scolaire s’intéressant aux directions d’établissements. En combinant observations, entretiens, collecte de documents et journaux de bord des chercheurs, nous cherchons à comprendre comment la relation école-familles se joue dans une administration scolaire et le rôle que peut y jouer l’ethnocentrisme institutionnel. Un deuxième objectif est orienté vers l’application: par la réalisation de la recherche, nous souhaitons favoriser et accompagner un processus de décentration au sein de l’administration scolaire. Rendre compte de ce processus constitue le troisième objectif du projet. Notre perspective théorique est celle de la communication interculturelle - dans une perspective intégrant l’interactionnisme symbolique - que nous complétons avec l’ethnographie critique de l’éducation pour son apport d’une perspective socio-politique et historique qui ouvre sur les structures sociales et les relations de pouvoir contraignant l’action des acteurs sociaux.Le projet vise des retombées sur plusieurs plans : d’une part, l’avancement des connaissances scientifiques sur la relation école-familles, en dépassant le constat des difficultés pour investiguer une des causes possibles, l’ethnocentrisme institutionnel, et ceci dans un terrain jusque-là ignoré des chercheurs, l’administration scolaire. L’intégration des perspectives critiques anglo-saxonnes sur la relation école-familles et le leadership scolaire représente également un enrichissement pour la recherche francophone sur la relation école-familles. D’autre part, le projet ambitionne d’avoir un impact sur le terrain dans lequel se déroulera la recherche, en favorisant un processus de décentration, ce qui ouvrira de nouvelles perspectives en matière de formation des cadres scolaires à cette facette encore sous-estimée de leur activité.
-