Project

Back to overview

La fabrique des « sports nationaux ». Les élites du sport suisse et l’institutionnalisation d’un champ sportif suisse (années 1860-1930)

English title The "national sports" factory. Swiss sports elites and the institutionalization of a Swiss sports field (1860s-1930s)
Applicant Quin Grégory
Number 182399
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Institut des sciences du sport Université de Lausanne (ISSUL/SSP)
Institution of higher education University of Lausanne - LA
Main discipline General history (without pre-and early history)
Start/End 01.01.2019 - 31.03.2023
Approved amount 551'339.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
General history (without pre-and early history)
Swiss history

Keywords (5)

Suisse; Sports nationaux; Elites; Institutionnalisation; Champ

Lay Summary (French)

Lead
La présente recherche propose d’analyser la genèse et la structure du champ sportif suisse entre les années 1860 et les années 1930. Cette période charnière dans l’histoire de la Confédération est en effet le théâtre de l’essor d’organisations nationales faîtières pour toutes les activités physiques et sportives. Dans le cadre de cette étude, autour de cinq disciplines sportives (gymnastique, tir, jeux nationaux, football et cyclisme) nous nous attacherons à analyser les structures, les buts et les fonctionnements de ces organisations, de mettre en lumière les luttes mais aussi les liens qui vont se nouer entre elles ainsi que de s’interroger sur le recrutement, les profils et les motivations de leurs élites dirigeantes.
Lay summary

Avec une arène de plus de 50'000 places assises, la Fête fédérale de lutte suisse de 2016 a constitué un événement majeur sur la scène sportive helvétique et a rappelé, au même titre que de nombreux autres sports, que ces pratiques sont enracinées profondément dans les mentalités helvétiques.

La présente recherche propose d’analyser la genèse et la structure du champ sportif suisse entre les années 1860 et les années 1930. Cette période charnière dans l’histoire de la Confédération est en effet le théâtre de l’essor d’organisations nationales faîtières pour toutes les activités physiques et sportives. Dans le cadre de cette étude, autour de cinq disciplines sportives (gymnastique, tir, jeux nationaux, football et cyclisme) nous nous attacherons à analyser les structures, les buts et les fonctionnements de ces organisations, de mettre en lumière les luttes mais aussi les liens qui vont se nouer entre elles ainsi que de s’interroger sur le recrutement, les profils et les motivations de leurs élites dirigeantes. Basé sur la collecte et l’analyse d’une documentation inédite, ce projet souhaite mettre à jour un double processus original auquel est soumis l’espace des activités physiques et sportives : d’une part, celui de la sportivisation (création de compétitions, homogénéisation des formes de pratique, etc.), d’autre part, celui de la nationalisation (présence croissante de citoyens suisses dans les organisations, développement d’une rhétorique nationaliste et usage de symboles nationaux autour des événements sportifs).

S’inscrivant dans les développements récents de l’histoire du sport en Suisse, cette étude doit in fine permettre de davantage comprendre l’importance prise par le phénomène sportif en Suisse.

Direct link to Lay Summary Last update: 14.10.2018

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

Avec une arène de plus de 50'000 places assises, la dernière Fête fédérale de lutte suisse a constitué un événement majeur sur la scène sportive helvétique, dans la plus grande infrastructure sportive provisoire jamais conçue. De la même manière, les organisateurs de la prochaine Fête fédérale de gymnastique de 2019 annoncent 70'000 participants, ce qui en fait le plus grand événement dans l’histoire du sport sur la scène internationale. Ces deux exemples suffisent à décrire les singularités du panorama sportif suisse, mais le fait que cela soit pour de la lutte suisse et de la gymnastique témoigne aussi de la vigueur de traditions qui remontent au XIXe siècle. Si le football, le ski ou encore le cyclisme sont des disciplines assez classiques dans les hiérarchies sportives nationales en Occident (à la fois en termes de pratique et d’intérêt dans les opinions), et rassemblent souvent plusieurs milliers de personnes dans les stades ou sur les routes, c’est bien la Fédération Suisse de Gymnastique qui est encore la plus grande fédération sportive du pays (plus de 450'000 membres en 2017).Ce projet de recherche a pour but d’analyser les logiques de la genèse et de la structuration d’un champ sportif suisse entre les années 1860 et les années 1930. Cette période charnière dans l’histoire du pays, avec notamment la création des principales organisations économiques et politiques à l’échelle nationale ainsi que la consolidation de discours ou autres représentations de la nation suisse, est le théâtre de l’essor et de la structuration d’organisations nationales faîtières pour toutes les activités physiques et sportives. Dans le cadre de cette étude, autour de cinq disciplines sportives singulières (gymnastique, tir, jeux nationaux, football et cyclisme) nous nous attacherons à analyser les structures, les buts et les fonctionnements de ces organisations, de mettre en lumière les luttes mais aussi les liens qui vont se nouer entre elles ainsi que de s’interroger sur le recrutement, les profils et les motivations de leurs élites dirigeantes. Basé sur la collecte et l’analyse d’une documentation encore largement inédite, ce projet souhaite mettre à jour un double processus original auquel est soumis l’espace des activités physiques et sportives : d’une part, celui de la sportivisation (création de compétitions, homogénéisation des formes de pratique, développement d’une hiérarchie d’institutions), d’autre part, celui de la nationalisation (présence croissante de citoyens suisses dans les différentes organisations, développement d’une rhétorique nationaliste et usage de symboles nationaux autour des événements sportifs). Dans le cadre de ces deux processus, dont les effets ne sont pas simplement contradictoires, ces activités vont devenir à la fois des symboles et des vecteurs pour la construction de la nation mais aussi accompagner les importantes transformations socio-économiques que connaît la société suisse au tournant du XXe siècle.Si l’histoire du sport en Suisse connaît un regain d’intérêts depuis quelques années, les lacunes sont encore importantes, notamment en ce qui concerne l’histoire des institutions sportives nationales, et le présent projet entend ainsi les combler en travaillant sur les riches archives institutionnelles disponibles auprès des différentes organisations sportives. De fait, par l’entremise d’un nouveau terrain, il s’agit aussi d’alimenter des réflexions théoriques plus larges, notamment autour du concept de champ et de la structuration d’un champ sportif national. Enfin, d’un point de vue plus social, cette étude doit permettre de davantage comprendre l’importance du phénomène sportif en Suisse, en éclaircissant les logiques de la construction de différents sports nationaux. Cet aspect n’est pas fortuit au moment même où s’engagent de nouvelles discussions sur la tenue future des Jeux olympiques à Sion et qu’une votation populaire aura bientôt lieu sur le sujet dans le canton du Valais.
-