Project

Back to overview

Habiter l'espace extraterrestre

English title Inhabiting extraterrestrial Space
Applicant Kihm Christophe
Number 178992
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution HEAD Haute école d'art et de design
Institution of higher education University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland - HES-SO
Main discipline Arts
Start/End 01.09.2018 - 31.01.2022
Approved amount 480'500.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Arts
Architecture and Social urban science

Keywords (6)

Histoire; Habitat; Images; arts-sciences; Recherche spatiale; Architecture

Lay Summary (French)

Lead
La recherche spatiale a conçu et réalisé, au cours de son histoire, des projets pour habiter temporairement ou durablement l’espace extraterrestre. Cette architecture spatiale s’est parfois développée en relation avec d’autres pratiques architecturales, mais aussi en dialogue avec des fictions cinématographiques et des projets artistiques auxquels des acteurs de la recherche spatiale ont été associés. Étudier les formes et comprendre les enjeux de l’habitat extraterrestre nécessite donc l’ouverture d’un nouveau chapitre de l’histoire culturelle, tramé par les relations entretenues par des images issues de la recherche spatiale, de l’architecture, du cinéma et des arts visuels.
Lay summary

Étudier les formes et comprendre les enjeux de l’habitat extraterrestre nécessite donc l’ouverture d’un nouveau chapitre de l’histoire culturelle, tramé par les relations entretenues par des images issues de la recherche spatiale, de l’architecture, du cinéma et des arts visuels. Cette perspective prend acte de la circulation historique de ces images et inscrit le travail de l’art et de l’architecture au sein des recherches liées à l’arrachement au terrestre.

Le projet « Habiter l’espace extraterrestre » cherchera à comprendre comment, en s’actualisant dans différentes sphères, les images de la recherche spatiale sont amenées à modifier leur mode d’existence et leur portée, mais aussi quelles transformations sont opérées, dans ce mouvement des images, sur les objets qu’elles décrivent comme sur les concepts qu’elles mobilisent : habitabilité, hostilité, hospitalité, flottant, mobile, capsulaire, modulaire…

Dans un premier temps, il enrichira et exploitera un corpus d’images de l’architecture extraterrestre et constituera une base de données. Dans un deuxième temps, et à partir de cette base de données, il restituera et pensera la circulation de ces images entre différentes sphères de savoir. Dans un troisième temps, il évaluera la portée de ces déplacements et la migration des concepts qui les accompagne.

La recherche spatiale réunit des champs de compétences et de savoirs complémentaires dans la conception et la création de ses objets. Notre approche s’inscrit également dans une perspective de mutualisation des savoirs qui vise l’indentification de problèmes qui puissent être exploités par différentes disciplines : puisque l’habitat extraterrestre, tel que nous l’avons défini, se comprend dans les relations de documents et d’objets scientifiques et artistiques, son étude appelle ce type d’approche pluridisciplinaire.


Direct link to Lay Summary Last update: 14.05.2018

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
172354 Images de l'espace : histoire, théorie, esthétique 01.03.2017 Scientific Conferences

Abstract

RESUME DE LA RECHERCHELes objets conçus et réalisés pour habiter l’espace extraterrestre suscitent un fort regain d’intérêt au regard des questionnements écologiques comme des enjeux économiques qu’ils recouvrent. Si « quitter la terre » devient une réalité contemporaine, la compréhension de cette rupture ne s’appuie sur aucune recherche scientifique dédiée aux habitats spatiaux ou extraterrestres et reste détachée de tout socle historique et conceptuel. La recherche « Habiter l’espace extraterrestre » se propose d’ouvrir cette étude en considérant deux lignes de travail : l’habitat extraterrestre et ses formes ; l’habiter extraterrestre et ses problèmes. Elle est guidée par deux questions : quel habitat pour l’espace extraterrestre ? Que signifie habiter l’espace extraterrestre ? Répondre à la première question engage l’étude d’une partie du patrimoine de l’architecture spatiale de ces soixante dernières années (stations orbitales, vaisseaux habités, habitats au sol) à partir de fonds d’archives réunissant dessins, plans et simulations provenant en majorité d’agences et laboratoires européens, russes et états-uniens. Considérant la sédimentation historique des objets pour voyager et séjourner dans l’espace comme leur dimension créatrice, cette étude accorde une place déterminante aux projets d’habitats extraterrestres en relation avec la recherche spatiale : pour l’architecture (habitats détachés du sol et mobiles), pour le cinéma et les arts plastiques (films spatiaux et projets artistiques réalisés en collaboration entre artistes et ingénieurs ou à partir de documents de la recherche spatiale). Cette orientation répond à une spécificité de l’habitat spatial : son histoire s’est écrite dans la circulation d’images et de concepts entre l’architecture, les arts et les sciences ; elle est visuelle et comporte moins de projets réalisés que de projets fictionnels. Tirer les conséquences de ce constat revient à rompre avec une approche techniciste de l’architecture spatiale pour mettre à jour comment ses plans, schémas et dessins d’objets dialoguent avec d’autres images et projets qui leur sont contemporains. Considérer l’apport des arts plastiques, du cinéma et de l’architecture à cette histoire constitue un enjeu central de cette recherche, qui permet de dessiner la trame culturelle sur laquelle elle s’est écrite et d’analyser comment s’y précisent des rapports entre images issues des arts et des sciences.Dans les relations singulières qu’elle pose entre hostilité et hospitalité, l’habitabilité extraterrestre repense radicalement la question de l’habiter (quels environnements, quelles manières de vivre et d’être ensemble ?). L’étude de cette question constitue le second volet de cette recherche, où les effets de pensée (esthétiques, philosophiques ou anthropologiques) de l’enquête visuelle, historique et culturelle seront ressaisis depuis différentes approches en sciences humaines. Cette recherche s’appuie sur des fonds d’archives, en particulier ceux de l’Observatoire de l’Espace, le laboratoire arts-sciences du CNES (Paris). Ces corpus (stations Skylab, MIR, navette Hermès…) constituent un pan du patrimoine scientifique et technique très peu étudié. Leur exploitation permettra à une histoire de l’habitat extraterrestre de se concevoir qui, dans le champ de réflexion ouvert par l’étude du mouvement de ses images et de ses concepts, s’ouvre à une dimension culturelle, quant à elle inédite. Ce premier apport scientifique en implique un deuxième, sur un plan épistémique, avec l’analyse des rapports de complémentation entre des images issues de sphères scientifiques, architecturales et artistiques, qui inscrit cette recherche dans la reconfiguration des études consacrées aux images, marquée par la création des Visual Studies et des Bildungswissenshaften. Le caractère pluridisciplinaire de cette recherche est impliqué par ses objets : au regard des relations entre architecture, design et ingénierie pour la recherche spatiale ; dans la circulation des images de l’habitat extraterrestre entre différents domaines scientifiques et artistiques. Il l’est aussi pour sa méthode, car ces relations seront abordées à partir de concepts partagés (le modulaire, le flottant, la désorientation…) dont la compréhension engage des approches historique, esthétique, philosophique et anthropologique. Cette recherche durera 3 ans.
-