Project

Back to overview

A non-populist theory of direct democracy

Applicant Stojanovic Nenad
Number 176760
Funding scheme SNSF Professorships
Research institution Département de science politique et relations internationales Université de Genève
Institution of higher education University of Geneva - GE
Main discipline Political science
Start/End 01.10.2018 - 30.09.2022
Approved amount 1'105'898.00
Show all

Keywords (8)

deliberative democracy; populism; Switzerland; institutional political theory; direct democracy; representative democracy; experimental political science; Citizens' Initiative Review (Oregon)

Lay Summary (French)

Lead
On voit parfois dans la démocratie directe un danger, car elle ouvre les portes aux populismes. Mais tout dépend du modèle de la démocratie directe qu'on décide d'appliquer. Sous certaines conditions, elle peut bien résister à son instrumentalisation par les populistes. Une innovation intéressante vient de l'Etat d'Oregon.
Lay summary

L’objectif principal de ce projet est d’élaborer une théorie et un modèle institutionnel de la démocratie directe qui résistent à la critique que la démocratie directe ouvre les portes aux populismes. Il s’agit d’une critique très répandue dans la littérature (notamment dans les théories de la démocratie). Elle est soutenue par le fait que tous les mouvements et/ou partis populistes (le Front national, Alternative für Deutschland, Movimento Cinque Stelle, Freiheitliche Partei Österreichs, etc.) demandent un usage accru de la démocratie directe dans leurs pays respectifs.

Le danger du populisme est que souvent ses porte-paroles utilisent les moyens démocratiques pour arriver au pouvoir mais, une fois réalisé cet objectif, ils utilisent ce pouvoir pour miner les institutions démocratiques (voir Orban en Hongrie). C’est aussi pour cette raison qu’il est important d’élaborer un modèle institutionnel de la démocratie directe suffisamment solide pour résister aux populismes.

À part les aspects théoriques et institutionnels, le projet propose également d’expérimenter en Suisse une innovation démocratique pratiquée depuis une dizaine d’années en Oregon. Il s’agit de Citizens’ Initiative Review, un panel composé par une vingtaine de citoyens et citoyennes sélectionnées par le tirage au sort. Pendant cinq jours, ces personnes discutent et approfondissent l’objet d’une prochaine votation populaire. Au terme de ce parcours, ils résument les enjeux de la votation dans une page et expliquent pourquoi ils recommandent de voter « oui » plutôt que « non ». Leurs recommandations de vote sont publiées dans la brochure officielle envoyée à tous le votants. Il s’agit donc d’un modèle qui représente une occasion pour enrichir la démocratie directe, en Suisse et ailleurs.

Direct link to Lay Summary Last update: 04.09.2018

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

This project is about direct democracy (DD). Its ambition is to elaborate a theory of DD that is sufficiently robust to resist the charge of populism. The project shall show that, under certain conditions (both theoretical and empirical), far from being an easy tool in the hands of populist leaders, DD can actually structurally undermine populist rhetoric and support institutions of representative democracy. The bulk of the project will consist in defining the theoretical and normative conditions under which a non-populist DD can be successful. In addition, in a subproject, I propose a deliberation-driven innovation of DD, by conducting an experiment with randomly-selected deliberative citizens’ panels (“the Oregon model”) that will take place in two Swiss municipalities before an actual popular vote, after which recommendations will be sent to real voters.
-