Project

Back to overview

La preuve par l’image? Analyse socio-anthropologique de l’expertise médico-légale à l’heure de l’imagerie forensique

English title Evidence through imaging. Socio-anthropological analysis of medico-legal expert evaluations at the time of forensic imaging
Applicant Rey Séverine
Number 176428
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Filière Technique en radiologie médicale TRM Haute école de santé vaud HES-SO
Institution of higher education University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland - HES-SO
Main discipline Sociology
Start/End 01.08.2018 - 31.07.2021
Approved amount 472'820.00
Show all

Keywords (8)

cadavre; expertise; socio-anthropologie des pratiques médico-légales; innovation; autopsie; ethnographie; ontologie; imagerie forensique

Lay Summary (French)

Lead
Si l’autopsie chirurgicale occupe encore aujourd’hui une place centrale dans le dispositif d’enquête médico-légale, plusieurs technologies d’imagerie médicale complètent, depuis une quinzaine d’années, cet examen. L’imagerie forensique est en particulier développée en Suisse, qui se situe à la pointe dans ce domaine. Ce projet entend analyser l’innovation qu’elle représente et les enjeux de son intégration dans les pratiques médico-légales.
Lay summary

Contenu et objectifs visés

L’imagerie forensique est développée par des équipes qui la décrivent comme une technique révolutionnaire qui limite les interventions humaines sur le corps mort et accroît l’objectivité et la neutralité de la démarche scientifique. Elle introduit une rupture du point de vue des modalités d’enquête sur la mort puisque la discipline de la médecine légale est historiquement fondée sur l’ouverture des corps.

L’objectif de ce projet est d’analyser la promotion et l’utilisation des techniques d’imagerie forensique dans le cadre de l’enquête médico-légale. Il cherche à évaluer les transformations qu’elles engendrent du point de vue de la production de la preuve, de même que leurs spécificités par rapport à d’autres techniques de démonstration des causes de la mort. La recherche consistera en une ethnographie du Centre universitaire romand de médecine légale (Lausanne et Genève).

 

Contexte scientifique et sociétal du projet

L’imagerie médico-légale suscite un vif intérêt social et médiatique. Le fait qu’elle soit en plein essor offre l’occasion unique d’étudier l’innovation technologique en train de se faire et la promotion dont elle est l’objet. Elle représente par ailleurs un facteur de modernisation de la médecine légale et implique l’intégration d’autres professionnels dans le champ médico-légal, tels que les radiologues et les techniciens en radiologie médicale. Enfin, elle pose la question de l’intégrité des corps et de la place de la mort (médicalisation) dans notre société.

Direct link to Lay Summary Last update: 20.12.2017

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner

Abstract

Si l’autopsie chirurgicale occupe encore aujourd’hui une place centrale dans le dispositif d’enquête médico-légale, plusieurs technologies d’imagerie médicale complètent, depuis une quinzaine d’années, cet examen. L’imagerie forensique est en particulier développée en Suisse, qui se situe à la pointe dans ce domaine, par des équipes qui la décrivent comme une technique révolutionnaire car elle limite les interventions humaines sur le corps mort et accroît l’objectivité et la neutralité de la démarche scientifique. Alors que la discipline de la médecine légale est historiquement fondée sur l’ouverture des corps, ces nouvelles techniques de visualisation introduisent une rupture du point de vue des modalités d’enquête sur la mort. Ni ce tournant, ni les enjeux qu’il implique sur les plans professionnels et sociaux n’ont encore fait l’objet d’une analyse socio-anthropologique - une lacune que notre recherche entend combler. Dans le sillage d’une sociologie pragmatique de l’expertise, intégrant une réflexion sur le rôle des objets techniques dans le dispositif probatoire, ce projet analyse l’innovation que constitue l’imagerie forensique en ce qui concerne ses enjeux sur les pratiques d’enquête et de démonstration des causes de la mort. Il interroge le caractère révolutionnaire de l’imagerie forensique et cherche à évaluer les transformations engendrées par ces techniques en matière de production de la preuve, de même que leurs spécificités par rapport à d’autres techniques d’enquête. Notre étude se distingue de l’état actuel des connaissances par l’articulation originale qu’elle propose entre activités d’expertise, technologies d’imagerie forensique et ontologie du corps mort. Elle combine une réflexion sur le processus d’innovation technologique, la place de cette innovation dans le dispositif probatoire et le statut du corps mort au sein de ce dispositif. Contrairement à de nombreuses analyses qui mettent en avant que les techniques d’enquête et d’imagerie réduisent le corps à un objet, nous postulons une forme d’agentivité du corps. En effet, en faisant «parler» le cadavre, le dispositif médico-légal le situe dans un état de liminalité: les techniques d’imagerie forensique semblent ici jouer un rôle particulier puisqu’elles permettent de simuler la vie biologique et, dans le cas de l’angiographie post-mortem, de «réanimer» le corps en rétablissant la circulation sanguine. Selon une démarche qualitative et compréhensive, nous procéderons à l’ethnographie d’un centre de médecine légale, le Centre universitaire romand de médecine légale (CURML), qui est un pôle d’expertise dans le domaine de l’imagerie forensique. Nous observerons les pratiques des médecins légistes et radiologues, des techniciens en radiologie médicale et préparateurs lors des différentes étapes de l’enquête médico-légale comprenant l’examen externe, les examens radiologiques, l’autopsie, l’interprétation des analyses et la rédaction du rapport médico-légal. Nos observations seront complétées par des entretiens ethnographiques et le suivi des membres de l’équipe dans leurs activités de promotion et de recherche. Outre sa contribution à plusieurs champs de recherche - sociologie de sciences et des techniques, sociologie des professions, anthropologie de la médecine et de la mort -, ce projet a l’ambition de participer au débat social, au cœur de l’imagerie forensique, autour de l’intégrité des corps et de la place de la mort (médicalisation) dans notre société. Un autre apport de notre projet se situe sur le plan de la formation professionnelle en raison de l’accent qu’il met sur les activités et les manières de faire (analyse de l’activité, développement des compétences).
-