Project

Back to overview

Structure informationnelle chez les locuteurs bilingues : Influences interlinguistiques et dominance langagière

English title Information structure in bilingual discourse. Crosslinguistic influences and language dominance
Applicant Berthele Raphael
Number 176338
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Mehrsprachigkeitsforschung und Fremdsprachendidaktik Universität Fribourg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline Romance languages and literature
Start/End 01.12.2017 - 30.11.2021
Approved amount 264'638.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Romance languages and literature
German and English languages and literature

Keywords (7)

bilingualism; French; Information structure; Convergence; Italian; Swiss German; Language perception

Lay Summary (French)

Lead
Les langues disposent de moyens permettant de relier les événements successifs d’un récit tout en mettant différentes informations en évidence. Dans ce projet, nous analysons des récits de personnes bilingues français-allemand et italien-allemand. Nous voulons savoir si le fait d’être bilingue a une influence sur la manière de construire un récit dans les deux langues.
Lay summary

Objectifs de ce projet

Il y a diverses manières dont les locuteurs italophones, francophones et germanophones organisent les informations sur l’entité et l’action, et le temps dans des récits narratifs. Ci-dessous, un exemple inspiré des recherches menées dans les pays voisins :

Evènement 1 : feu dans la maison, les pompiers demandent à Paul de sauter par la fenêtre, mais il refuse, il a peur.

Evènement 2 :  Langue - Enoncé typique - Information mise en évidence

a) Italien - Questa volta Paul si butta - Changement temporel

b) Français - Finalement, Paul saute - Changement temporel

c) Allemand - Paul springt doch - Changement d’une action négative vers une action positive

Les locuteurs des langues germaniques et romanes ont tendance à favoriser des structures différentes. Nous analyserons si les bilingues utilisent deux manières différentes selon la langue qu’ils utilisent ou s’il y a des influences inter-langues dans une ou les deux langues, en fonction du poids respectif de chacune des langues dans leur répertoire.
Un autre objectif consiste à déterminer si ces différences sont perçues par des locuteurs natifs, c.à.d. s’ils considèrent des récits (p.ex. en suisse-allemand) construit dans un autre style (p.ex. italien) comme non-natifs.

Contexte scientifique et social

La démarche s’inspire des théories et méthodes développées en linguistique appliquée sur la structure informationnelle. Ces recherches ont montré que les apprenants adultes d’une langue seconde sont eux influencés par leur langue native. Nous poursuivrons ces recherches en Suisse, avec un focus sur le bilinguisme.

Direct link to Lay Summary Last update: 06.11.2017

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
156121 Bewegung an der Sprachgrenze: Der Einfluss von Sprachdominanz und Sprachmodus auf den Ausdruck der räumlichen Bewegung bei Bilingualen (Französisch-Deutsch) 01.10.2014 Project funding (Div. I-III)

Abstract

L’objectif de ce projet est d’étudier les diverses manières dont les locuteurs italophones, francophones et germanophones construisent la cohésion de leurs récits. La démarche est inspirée par les théories et méthodes développées en recherche sur la structure informationnelle. Pour renforcer la cohésion, les langues disposent de moyens linguistiques généralement optionnels, comme les éléments marqués par <*> dans (1). Ceux-ci qui permettent d’établir des liens anaphoriques, c.à.d. de relier certaines informations telles que l’action ou l’entité avec une partie antérieure du discours:(1)Énoncé antécédent : C’est la nuit, Paul va dormirÉnoncé à analyser, possibilités :a.Pierre *aussi* va dormir.b.Pierre va *aussi* dormir.c.Pierre *fait la même chose*.d.*Au tour de Pierre* d’aller dormir.e.Pierre va dormir.Diverses études ont observé des différences typologiques entre les langues (Stutterheim et al. 2013), notamment au niveau de la disponibilité des moyens linguistiques et de la fréquence de leurs usages. Ceci a une influence sur l’organisation des informations dans les textes produits par les locuteurs natifs. Les productions des apprenants L2 peuvent quant à elles être influencées par les tendances et le répertoire linguistique de leur L1 (Benazzo 2012). Nous proposons de poursuivre ces travaux dans un contexte de contact linguistique et de bilinguisme et de répondre aux questions suivantes : •Comment est-ce que des locuteurs bilingues encodent-ils les informations concernant en particulier l’entité et l’action, mais aussi le temps dans chacune de leurs langues ? •Si des influences interlinguistiques (cross-linguistic influences) sont observées, comment se manifestent-elles et peuvent-elles s’expliquer en partie par la dominance langagière ?Pour y répondre, les liens anaphoriques produits dans des narratifs oraux récoltés à l’aide d’un film séquencé (Dimroth 2006) développé pour ce type d’analyse seront étudiés. Pour cela, 200 à 250 locuteurs suisses monolingues ainsi que bilingues à différents niveaux de dominance langagière (mais avec au moins un niveau B2 dans la langue non dominante) seront enregistrés. Vu l’état actuel des recherches, nous nous attendons à observer des convergences chez les bilingues plutôt que deux types de discours différents ressemblant chacun à des modèles favorisés dans les usages de locuteurs natifs monolingues. La dernière question concerne la perception des différences :•Les récits déviant des préférences prototypiques des locuteurs d’une langue sont-ils perçus comme différents, non natifs ? Pour cela, nous analyserons si les divers types de récits sont considérés comme idiomatiques sur la base d’évaluations auprès de locuteurs natifs et non natifs dans les trois langues. Ces questions s’inscrivent dans une tendance actuelle d’un intérêt grandissant porté aux différents styles rhétoriques dans l’enseignement des langues étrangères aux niveaux plus avancés.
-