Projekt

Zurück zur Übersicht

Faire route et faire étape: insertion et sociabilité des migrants en transit dans la ville-frontière de Tapachula au Mexique

Titel Englisch Life on the road: integration and sociability of migrants in transit in the southern Mexican border town of Tapachula
Gesuchsteller/in Clot Jean
Nummer 168303
Förderungsinstrument Early Postdoc.Mobility
Forschungseinrichtung Laboratoire PACTE Institut d’Etudes Politiques de Grenoble Université Pierre Mendès France -Grenoble 2
Hochschule Institution ausserhalb der Schweiz - IACH
Hauptdisziplin Human- und Wirtschaftsgeografie, Humanökologie
Beginn/Ende 01.10.2016 - 31.03.2018
Alle Daten anzeigen

Alle Disziplinen (2)

Disziplin
Human- und Wirtschaftsgeografie, Humanökologie
Soziologie

Keywords (5)

Mexico; Border; Migration; Marginality ; Informality

Lay Summary (Französisch)

Lead
Au sud du Mexique, à la frontière avec le Guatemala, la ville de Tapachula constitue une étape importante pour de nombreux migrants provenant d'Amérique Centrale. Ceux-ci, en situation irrégulière dans la plupart des cas, effectuent une halte temporaire avant de continuer leur voyage vers les États-Unis. Même s'il s'agit d'une insertion temporaire, ils sont amenés à tisser des liens sociaux et à développer des stratégies pour subvenir à leurs besoins dans la ville frontalière.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Dans un contexte d'intensification de la migration en provenance d'Amérique Centrale vers les États-Unis et de renforcement de la sécurité au Mexique depuis le début des années 2000, les migrants en transit effectuent plusieurs étapes en territoire mexicain, étapes au cours desquelles ils doivent subvenir à leurs besoins élémentaires. Il s'agit d'une population vulnérable qui se trouve exposée à de nombreux abus de par sa situation migratoire irrégulière et l'absence de protection sociale.

La ville frontière de Tapachula, au sud de l'état du Chiapas, constitue une étape importante où de nombreux migrants font une halte temporaire avant d'entreprendre le voyage vers le nord. Dans cet espace intermédiaire qui est aussi un lieu de sociabilité, les migrants interagissent et tissent de multiples relations, entre eux, avec les habitants, et également avec les fonctionnaires gouvernementaux, le personnel des structures d’accueil ou encore avec des privés qui leur offrent divers services (transport, logement, etc.).

Dans ce projet de recherche, nous nous centrons sur le processus d'insertion temporaire des migrants. Il s'agit donc d'une part d'identifier et analyser leurs logiques d'action en nous penchant sur les ressources mobilisées et les stratégies mises en œuvre afin de surmonter l'étape, et d'autre part d'examiner les conditions socioéconomiques et institutionnelles d'accueil et de travail pour les migrants de passage.

Contexte scientifique et social du travail de recherche

D'un point de vue analytique et méthodologique, le travail de recherche conjugue une approche qualitative et interprétative s'inspirant de l'ethnographie et des éléments théoriques provenant de champs disciplinaires tels que la géographie humaine et la sociologie. Il contribue à fournir un diagnostic de la société mexicaine quant à l'accueil des migrants et à enrichir les connaissances ayant trait aux migrations, aux marges et aux frontières.

 

 

Direktlink auf Lay Summary Letzte Aktualisierung: 22.06.2016

Verantw. Gesuchsteller/in und weitere Gesuchstellende

Publikationen

Publikation
Faire route d'Afrique vers les États-Unis: un regard sur les itinéraires migratoires de longue distance depuis le Mexique
Clot Jean (2017), Faire route d'Afrique vers les États-Unis: un regard sur les itinéraires migratoires de longue distance depuis le Mexique, in CARICEN Revista de Análisis y Debate sobre el Caribe y Centroamérica, (3), 16-32.
Cuban migrants’ “odyssey” in the Americas: modalities, routes and stages of migration
Clot Jean, Martínez Velasco Germán, Cuban migrants’ “odyssey” in the Americas: modalities, routes and stages of migration, in Revista Pueblos y Fronteras Digital.

Zusammenarbeit

Gruppe / Person Land
Formen der Zusammenarbeit
Grupo de Estudios de Migración y Procesos Transfronterizos/El Colegio de la Frontera Sur Mexiko (Nordamerika)
- vertiefter/weiterführender Austausch von Ansätzen, Methoden oder Resultaten
- Publikation

Wissenschaftliche Veranstaltungen

Aktiver Beitrag

Titel Art des Beitrags Titel des Artikels oder Beitrages Datum Ort Beteiligte Personen
V Encuentro Latinoamericano de Estudios Transfronterizos Einzelvortrag La “odisea” de los migrantes cubanos en América: modalidades, rutas y etapas migratorias 04.10.2017 San Cristóbal de las Casas, Mexiko Clot Jean;
III International Forum: Russia and Ibero-America in a Globalizing World: History and Modernity Einzelvortrag Mercados regionales de la migración irregular en el Caribe y Centroamérica 02.10.2017 Saint-Pétersbourg, Russland Clot Jean;
7ème Congrès des associations francophones de sciences politiques: Flux et Frontières. Réponses politiques et identitaires Vortrag im Rahmen einer Tagung Itinéraires migratoires intercontinentaux, étapes et insertion urbaine : le cas des migrants africains en transit à Tapachula (Mexique) 17.05.2017 Université du Québec à Montréal, Kanada Clot Jean;
Laboratorio de Fragmentación Urbana Einzelvortrag Migraciones y ordenamiento territorial en la frontera sur de México 31.03.2017 Universidad Autónoma del Estado de Morelos, Mexiko Clot Jean;


Kommunikation mit der Öffentlichkeit

Kommunikation Titel Medien Ort Jahr
Neue Medien (Web, Blogs, Podcasts, NewsFeed, usw.) Mobilités transfrontalières Instagram International 2018
Medienarbeit: Printmedien, Online-Medien Toujours plus de réfugiés centraméricains au sud du Mexique The Conversation International 2018
Medienarbeit: Printmedien, Online-Medien L’Amérique centrale face à la crise migratoire cubaine : si loin d’un consensus The Conversation International 2017

Abstract

Dans ce travail de recherche, nous nous centrons sur le processus d'insertion sociale et au travail des migrants en transit dans le contexte urbain et frontalier de Tapachula, au sud du Mexique. Il s'agit de l'un des principaux lieux de passage et étapes pour de nombreux migrants en provenance d'Amérique Centrale. En effet, bien que le Mexique soit traditionnellement un pays d'émigration vers les États-Unis, il est aussi devenu progressivement un important pôle récepteur de main d'œuvre, en plus d'être un pays de transit pour un nombre croissant de personnes provenant principalement du Guatemala, Honduras et Salvador. Il s'agira d'analyser en privilégiant une approche qualitative et compréhensive, comment ces acteurs, en situation migratoire irrégulière au Mexique, intègrent temporairement l'espace intermédiaire de transit. Nous mettrons d'une part l'accent sur leurs logiques d'action et stratégies en vue de subvenir à leurs besoins élémentaires durant l'étape, et d'autre part, sur leurs marges de manœuvre, marges qui ont une dimension à la fois socioéconomique (industrie de la migration irrégulière, économie informelle, précarité, vulnerabilité), territoriale (espaces appropriés et/ou concédés sur l'espace public) et normative (institutions informelles). En d'autres termes, nous examinerons les conditions structurelles du transit des migrants. Les résultats détermineront dans quelle mesure les marges qui sont laissées à ces populations de passage sont structurellement liées à l'exercice d'un pouvoir et jusqu'à quel point elles constituent des interstices institutionnalisés « depuis le haut », et non pas une appropriation des espaces de la ville « depuis le bas ». La recherche se focalise sur une région précise où ces marges sont le produit d’un contexte socioculturel, historique et politique spécifique, comme nous nous attacherons à le montrer. Toutefois, nous chercherons à identifier des dénominateurs communs avec d'autres marges ou espaces d'informalité dans la mondialisation, afin de mieux saisir certaines facettes de celle-ci, en particulier celles ayant trait à la fragmentation, exclusion et polarisation sociale et territoriale.
-