Project

Back to overview

Air d’opéra (XVIIe-XVIIIe siècles) et structure temporelle de l’expérience émotionnelle

English title Opera aria (17th-18th c.) and time's structure of emotive experience
Applicant Zoppelli Luca
Number 124469
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Dépt d'Histoire de l'art & de Musicologie Faculté des Lettres Université de Fribourg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline Musicology
Start/End 01.06.2009 - 31.05.2012
Approved amount 257'401.00
Show all

Keywords (7)

Aesthetics of Music; Music and emotions; Opera; baroque; air; oratorio; emotions

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
LeadDans l'opéra baroque les " affects" sont exprimés aux moyen d'airs ayant caractère statique et synchronique. Le projet vise à vérifier si ce phénomène correspond à une certaine forme historique de l'expression émotionnelle, voire à certaines caractéristiques cognitives et fonctionnelles que les neurosciences actuelles attribuent à l'émotion.RésuméDans sa forme classique, un air est conçu comme une sorte d'" arrêt sur image " qui élabore, selon tel ou tel modèle formel, une réaction émotive ponctuelle, en l'étendant sur une durée chronométrique sans évolution interne. À partir de la fin du XVIIIe siècle, ce type de représentation est perçu comme artificiel, incapable de transmettre la " vraie " nature (dynamique, évolutive) de l'émotion . Toutefois les émotions ont aussi fonction une communicative et sociale. Le signifiant qu'est l'air baroque renvoie à un signifié émotionnel qui pourrait être déjà formé, selon les structures de l'esprit de cette société, de manière à faciliter et à justifier un codage spécifique. En outre la recherche actuelle sur les émotions, élaborée à partir des neurosciences, souligne la structuration temporelle inhérente à l'expérience émotive, et l'importance de l'émotion comme moyen de régler la participation de l'individu au jeu social. ButRéinterpretation du plus important phénomène " de longue durée " dans l'histoire des genres de musique dramatique (opéra, oratorio, cantate) de l'Europe de l'Ancien Régime : l'expression des états émotionnels par le biais d'une structure formalisée et statique, l'air. Réévaluation systématique des sources théoriques (musicales et théâtrales) afin de les croiser, d'un côté, avec les conceptions psychologiques de l'époque ; de l'autre, avec les acquis les plus récents des affective sciences. SignificationEssentiellement interdisciplinaire (la théorie des arts visuels, peinture et sculpture, sera aussi prise en considération, en raison du caractère " statique " de sa représentation, tout comme l'histoire de la médicine et de la psychologie), la recherche se propose comme une analyse anthropologique d'un moyen d'expression apparemment très conventionnel. On souhaite également mener une expérience dans le domaine, qui s'annonce fructueux pour les décennies à venir, du nouveau rapprochement entre les paradigmes des sciences historiques (anthropologie culturelle appliquée aux sociétés du passé) et ceux des sciences " naturelles ", notamment, de la recherche sur le cerveau et les mécanismes émotionnels.
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Publications

Publication
Der „Paragone“ der Opernkünste in italienischen Prologen des 17. Jahrhunderts: Sorgen um die Oper als ‚Gesamtkunstwerk’?
Garavaglia Andrea (2012), Der „Paragone“ der Opernkünste in italienischen Prologen des 17. Jahrhunderts: Sorgen um die Oper als ‚Gesamtkunstwerk’?, in Musica e storia , 17(2), 253-291.
L’aria barocca made in Italy: interpretazione antropologica di un modello
Garavaglia Andrea (2012), L’aria barocca made in Italy: interpretazione antropologica di un modello, in Schweizer Jahrbuch für Musikwissenschaft / Annales Suisses de Musicologie / Annuario Svizzero di Mus, 32, 195-218.
« Une force invincible qui enlève l’âme » Les techniques d'écriture handeliennes et la catégorie esthétique du sublime
Zoppelli Luca, « Une force invincible qui enlève l’âme » Les techniques d'écriture handeliennes et la catégorie esthétique du sublime, in Boccadoro Brenno (ed.), Peter Lang, Bern.
«la brevità non può mover l’affetto»: temporalità dell’aria barocca alla luce della cultura antropologica coeva
Garavaglia Andrea, «la brevità non può mover l’affetto»: temporalità dell’aria barocca alla luce della cultura antropologica coeva, in Recercare, 24.
Funzioni espressive dell’aria a metà Seicento secondo il Giasone di Cicognini-Cavalli
Garavaglia Andrea, Funzioni espressive dell’aria a metà Seicento secondo il Giasone di Cicognini-Cavalli, in Il Saggiatore musicale.
Zeitliche Diskontinuität, optische Diskontinuität?
Zoppelli Luca, Zeitliche Diskontinuität, optische Diskontinuität?, in Basler Jahrbuch für historische Musikpraxis, 33.

Collaboration

Group / person Country
Types of collaboration
NCCR Affective Sciences Switzerland (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
XXIII Convegno annual della Società Italiana di Musicologia Individual talk «non vi sono versi da poter fare arie»: musiche di Pietro Simone Agostini per la committenza veneziana 21.10.2016 Como, Italy Garavaglia Andrea;
Conferenze della Società Svizzera di Musicologia Individual talk L’aria italiana tra Sei e Settecento: articolazione e prolungamento dell’espressione soggettiva 05.05.2015 Lugano, Switzerland Garavaglia Andrea;
Cicognini, Cavalli e i viaggi del “Giasone”: 
in rotta verso l’edizione critica Talk given at a conference Prodromi dell’aria barocca nel "Giasone" 13.05.2014 Bologne, Italy Garavaglia Andrea;
XVI Colloquio di musicologia del "Saggiatore musicale" Talk given at a conference La temporalità del sé nell’aria barocca 16.11.2012 Bologne, Italy Garavaglia Andrea;
Geneva Colloquium on Music and Emotion 2012. Evolution, history, and neurobiology Talk given at a conference «Le passions font durer les pensées» : notes sur la structure temporelle des émotions dans la musique vocale baroque 14.11.2012 Genève, Switzerland Zoppelli Luca; Garavaglia Andrea;
19th Congress of the International Musicological Society Talk given at a conference The Baroque aria among formal strategies and intercultural stereotypes: An anthropological interpretation of the ‘Italian’ model 05.07.2012 Rome, Italy Garavaglia Andrea;
XIV Colloquio di musicologia del "Saggiatore musicale" Talk given at a conference Prologhi seicenteschi con prosopopee delle arti: messinscena delle ansie di un genere “multimediale” 19.11.2010 Bologne, Italy Garavaglia Andrea;
Oper als 'Gesamtkunstwerk' – zum Verhältnis der Künste im barocken Musiktheater Talk given at a conference Zeitliche Diskontinuität, optische Diskontinuität? 19.11.2009 Basel, Switzerland Zoppelli Luca;
Oper als 'Gesamtkunstwerk' – zum Verhältnis der Künste im barocken Musiktheater Talk given at a conference Der “Paragone” der Opernkünste in den Prologen des 17. Jahrhunderts 19.11.2009 Basel, Switzerland Garavaglia Andrea;
The Emotional Power of Music Talk given at a conference Mors stupebit: Multiple Levels of Fear-Arousing Mechanisms in Verdi’s Messa da Requiem 25.06.2009 Genève , Switzerland Zoppelli Luca;


Communication with the public

Communication Title Media Place Year
Talks/events/exhibitions L’espressione musicale degli affetti ‘sacri’ negli oratori di Alessandro Stradella International 2017
Talks/events/exhibitions Drammaturgia del sacro nell'oratorio barocco italiano Italian-speaking Switzerland 2016
Talks/events/exhibitions “Rinaldo de Händel”: premier opéra italien d'un Allemand à Londres Western Switzerland 2011

Abstract

Le projet vise une réinterprétation anthropologique du plus important phénomène de longue durée dans l’histoire des genres de la musique dramatique (opéra, oratorio, cantate) de l’Europe de l’Ancien Régime : l’expression des états émotionnels par le biais d’une structure formalisée et statique, l’air, aria. Dans sa forme classique, celle de l’opéra métastasien par exemple, un air est conçu comme une sorte d’« arrêt sur image » qui élabore, selon tel ou tel modèle formel, une réaction émotive ponctuelle, en l’étendant sur une durée chronométrique au caractère synchronique, sans évolution interne. À partir de la fin du XVIIIe siècle, ce type de représentation sera de plus en plus perçu comme artificiel, incapable de transmettre la « vraie » nature (dynamique, évolutive) de l’émotion : on finit par identifier le progrès dans l’expression musicale avec la déstructuration des formes, le dépassement de la « convention ».Nous souhaitons reconsidérer le mécanisme de codage de l'émotion dans l'air «baroque» au moyen de deux perspectives méthodologiques auxquelles les sciences historiques attribuent, aujourd’hui, une importance croissante. L’une, fondée sur l’acquisition d’une nouvelle conscience anthropologique, regarde la fonction communicative et sociale de l’expression des émotions. Si les époques successives voient l’émotion comme un état subjectif et vague, dont la mise en forme est perçue comme « artificielle » et liée à un codage stylistique strict, les conceptions psychologiques de l’âge baroque la conçoivent comme un processus de rationalisation du vécu face à soi-même et à la société : réagir d’une certaine manière à un événement, donner à cette réaction une étendue et une forme, c’est déjà se positionner par rapport aux interlocuteurs du jeu social. En d'autres termes: le « signifiant » qu'est l'air baroque renvoie à un « signifié » émotionnel qui n'est pas exactement le nôtre, mais qui est déjà formé, selon les structures de l'esprit de cette société, de manière à faciliter et à justifier le codage spécifique que le « style » de l'époque lui attribue. La seconde perspective aspect concerne les apports que la recherche actuelle sur les émotions, élaborée à partir des neurosciences, peut offrir à la compréhension du phénomène. De récentes recherches portent, par exemple, sur la structuration temporelle inhérente à l’expérience émotive, et sur l’importance de l’émotion comme moyen de régler la participation de l’individu au jeu social. Cette double suggestion méthodologique pourrait changer considérablement notre façon d’évaluer les stratégies d’expression de la musique théâtrale des XVIIe et XVIIIe siècles. Si cinq ou six générations d’auditeurs ont accepté comme parfaitement « naturelle » une telle manière de représenter l’expérience émotionnelle, il se peut que le système de l'expressivité musicale baroque, au-delà de la mise en forme « culturelle » qui gère tout système symbolique, soit également ancré dans certains aspects (que cette époque aura choisi de préférer, dans sa conception du psychisme humain, au détriment d’autres) du mécanisme de la vie émotionnelle et de ses fonctions. Notre vision historique pourrait être soumise à une révision remarquable.Le projet de recherche envisage donc la réévaluation systématique des sources théoriques (musicales et théâtrales) d'une période-clé de l’époque concernée - celle, à peu près, qui correspond à l'établissement du phénomène étudié : 1670-1720 - afin de les croiser, d’un côté, avec les conceptions psychologiques de l’époque ; de l’autre, avec les acquis les plus récents des affective sciences. Essentiellement interdisciplinaire (la théorie des arts visuels, peinture et sculpture, sera aussi prise en considération, en raison du caractère « statique » de sa représentation), la recherche se propose également comme une expérience dans le domaine, qui s’annonce fructueux pour les décennies à venir, du nouveau rapprochement entre les paradigmes des sciences historiques (anthropologie culturelle appliquée aux sociétés du passé) et ceux des sciences « naturelles », notamment, de la recherche sur le cerveau et les mécanismes émotionnels. Il est d'ailleurs prévu que le projet se déroule parallèlement et en collaboration avec l'activité du PRN, basé à Genève, sur les sciences affectives.
-