Project

Back to overview

Edition de la série divinatoire Šumma Alu

English title Edition of the Omen Series Šumma Alu
Applicant Mittermayer Catherine
Number 175970
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Unité de la Mésopotamie Département des Sciences de l'Antiquité Université de Genève
Institution of higher education University of Geneva - GE
Main discipline Ancient history and Classical studies
Start/End 01.10.2017 - 30.09.2021
Approved amount 1'204'691.00
Show all

Keywords (8)

Edition de textes; Mésopotamie; Akkadien; Cunéiforme; Transmission de textes; Divination; Omina/présages; Religion

Lay Summary (French)

Lead
Šumma Alu est une série divinatoire de présages compilée au VIIe siècle av. J.-C. sur 120 tablettes cunéiformes rédigées en akkadien. Etant à moitié éditée seulement, ce projet a pour but de finir l’édition et de proposer une version digitale intégrale de la série.
Lay summary

Parmi les séries divinatoires mésopotamiennes, Šumma Alu est l'une des plus importantes. Les premières traces datent de la période paléo-babylonienne, en tant que série elle est attestée pour la première fois au XIe siècle av. J.-C. Elle est enfin compilée comme les autres dans sa forme dite canonique (environ 120 tablettes) à l'initiative du roi Assurbanipal (VIIe av. J.-C.). C'est également de la bibliothèque de ce roi à Ninive que nous est parvenue la majeure partie des tablettes.

Šumma Alu reçoit son nom de la première ligne du premier présage šumma alu ina melê šakin, "Si une ville est placée sur une hauteur". Sa valeur tient à la nature des présages compilés. Nés de l'observation du quotidien de l'homme, ils témoignent de ses préoccupations et de son environnement immédiat. L'homme du commun en est l'objet principal, voire l'agent du signe omineux, et le premier concerné par les prédictions.

Initié ans les années 70, un projet d’édition a abouti à la publication des 63 premières tablettes. Le présent projet a pour objectif de terminer l'édition de Šumma Alu et de préparer une version digitale intégrale de la série qui sera mise en ligne sur la plateforme ORACC (Open Richly Annotated Cuneiform Corpus).

Une étude sera également conduite sur les versions de Šumma Alu. A l'instar de tous les grands corpus divinatoires, la série a été compilée, commentée, des extraits ont été sélectionnés, des parties ajoutées ou abandonnées dans le cours de la transmission. Ces variantes (tradition alternative, extraits, etc.) feront l’objet d’une édition séparée.

Soucieux d’offrir des opportunités de relève à la discipline, le projet intègre deux doctorantes qui éditeront des séquences de présages et thématiseront leur recherche selon le choix du sujet.
Direct link to Lay Summary Last update: 10.10.2017

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

Parmi les séries divinatoires mésopotamiennes, Šumma Alu est l'une des plus importantes, à côté de Enuma Anu Enlil (présages célestes, environ 70 tablettes), Iqqur Ippuš (ménologies et hémérologies, 105 tablettes), Iškar Barûti (présages hépatoscopiques, environ 100 tablettes) et comme celles-ci, elle fut populaire et recopiée jusqu'à l'époque séleuco-parthe. Les premières traces datent de la période paléo-babylonienne, en tant que série elle est attestée pour la première fois au XIe siècle av. J.-C. Elle est enfin compilée comme les autres dans sa forme dite canonique (environ 120 tablettes) à l'initiative du roi Assurbanipal (VIIe av. J.-C.). C'est également de la bibliothèque de ce roi à Ninive que nous est parvenue la majeure partie des tablettes. La popularité de Šumma Alu a dépassé les limites de la Mésopotamie. Šumma Alu reçoit son nom de la première ligne du premier présage šumma alu ina melê šakin, "Si une ville est placée sur une hauteur". Une de ses grandes valeurs tient à la nature des présages compilés. Nés de l'observation du quotidien de l'homme, ils témoignent de ses préoccupations et de son environnement immédiat. Contrairement à Enuma Anu Enlil dont les présages affectent plus particulièrement la royauté, l'homme du commun y est l'objet principal et parfois même l'agent du signe omineux et le premier concerné par les prédictions. Les chapitres thématisés dans le tableau au point 2.3 illustrent la variété et la richesse du champ symbolique et sémantique que contient la série. Dans les années 70, le Prof. E. Leichty (University of Pennsylvania) a initié un projet d'édition qui a abouti à la publication des 63 premières tablettes (voir 2.1). La requérante a pour objectif de terminer l'édition de Šumma Alu (tablettes 64 à 120), et de préparer une version digitale intégrale de la série dans une base de données qui sera mise en ligne sur la plateforme ORACC (Open Richly Annotated Cuneiform Corpus). La publication intégrale de Šumma Alu sous forme électronique permettra à la communauté scientifique d'avancer dans la recherche sur ces grandes séries divinatoires, qui, en raison même de leur taille, ne sont la plupart du temps pas disponibles sous forme de monographie, exception faite de l'ouvrage aujourd'hui vieilli de R. Labat datant de 1965 sur les hémérologies, et encore moins sous forme digitale. Šumma Alu est riche en thèmes de recherche, mais une étude en particulier s'impose sur les versions et la transmission de la série. A l'image de tous ces grands corpus divinatoires, elle a été compilée, commentée, des extraits ont été sélectionnés, des parties ajoutées ou abandonnées dans le cours de la transmission. A côté de la version canonique de Ninive, ces variantes qualifiées de "tradition alternative", d'extraits, etc. sont parsemées dans les éditions de textes d'Assur et d'Uruk essentiellement. En plus d'entreprendre l'étude des versions et de la transmission de la série, le présent projet rassemblera et éditera les versions alternatives sous une forme cohérente. La portée scientifique du projet Šumma Alu s'étend bien au-delà de la discipline assyriologique: en tant que corpus divinatoire majeur (environ 10'000 présages), une édition intégrale intéressera l'histoire des sciences et comme celle des religions, tant pour les processus cognitifs qu'elle recèle que pour l'exégèse divinatoire qu'elle met en œuvre.
-