Project

Back to overview

River’s Rights - People’s Rights? Urban Socio-Ecological Conflicts in Asunción, Paraguay

English title River’s Rights - People’s Rights? Urban Socio-Ecological Conflicts in Asunción, Paraguay
Applicant Rivarola Ghiglione Facundo
Number 191570
Funding scheme Doc.CH (until 2020)
Research institution Graduate Institute Maison de la Paix
Institution of higher education Graduate Institute of International and Development Studies - IHEID
Main discipline Ethnology
Start/End 01.03.2020 - 31.08.2022
Approved amount 171'992.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Ethnology
Sociology

Keywords (6)

Paraguay; urban socio-ecological conflict ; more-than-human; post-colonial critique; Environmental Anthropology; Political Ecology

Lay Summary (French)

Lead
Ces dernières années, un débat a émergé sur les droits et la jurisprudence de la nature. Des rivières aux forêts en passant par les animaux, les détenteurs ou les demandeurs de droits ne sont plus présumés être exclusivement humains. À Asunción, capitale du Paraguay, les autorités qui développent de nouveaux projets de réaménagement urbain considèrent que les plaines inondables de la ville sont l'espace "légitime" du fleuve et que les communautés indigènes, métisses et rurales marginalisées qui y vivent devraient s'installer ailleurs. Cette recherche ethnographique examine comment ces revendications environnementales créent un conflit direct entre le "droit de la rivière" et les droits des personnes. L'objectif est ainsi de faire progresser les connaissances sur les nouvelles façons de gouverner des personnes et de l'environnement à une époque marquée à la fois par l'incertitude climatique, et par des inégalités sociales et économiques croissantes.
Lay summary

Ces dernières années, un débat a émergé sur les droits et la jurisprudence de la nature. Des rivières aux forêts en passant par les animaux, les détenteurs ou les demandeurs de droits ne sont plus présumés être exclusivement humains. Dans la ville d'Asunción, capitale du Paraguay, les autorités qui développent de nouveaux projets de réaménagement urbain considèrent que les zones inondables de la ville sont l'espace "légitime" du fleuve et que les communautés marginalisées qui y vivent devraient déménager ailleurs. Cependant, ces zones, connues sous le nom de Bañados, n'ont jamais été des plaines inondables vides: Des communautés de personnes composées de personnes indigènes, métisses et de migrants ruraux y vivent depuis l'époque coloniale, formant une socio-écologie historiquement enracinée avec la rivière voisine. Cette recherche vise à comprendre la ou les façons dont les projets de réaménagement urbain et les politiques environnementales au Paraguay créent un conflit social, écologique et politique entre ce qui est considéré comme les "droits" du fleuve et ceux des communautés urbaines marginalisées. Les résultats combineront des récits ethnographiques tirés à la fois de différents endroits de la ville d'Asunción et des institutions de l'État, et des recherches d'archives historiques. L'objectif est ainsi de faire progresser les connaissances sur les nouvelles façons de gouverner des personnes et l'environnement à une époque marquée à la fois par l'incertitude climatique, et par des inégalités socio-économiques croissantes.   

Direct link to Lay Summary Last update: 13.02.2020

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

In recent years, there has been an emerging debate about the “right of nature” and “nature’s jurisprudence” (see e.g. Schillmoller & Pelizzon, 2013; Shelton, 2015; Humphreys, 2017). From rivers to forests to animals, holders or claimants of rights are no longer presumed to be exclusively “human.” This research project brings together recent scholarly engagement with more-than-human approaches, post-colonial critiques, and urban political ecology. It centers on the case of the Paraguayan river and marginalized indigenous/mestizo communities’ struggle over access to urban spaces in the city of Asunción. State-run new urban redevelopment projects deem that floodplains areas of the city “rightfully” belong to the river and that marginalized communities living there should move elsewhere. However, these areas, known as Bañados, were never empty floodplains. Indigenous, mestizos and rural migrant communities have lived there since colonial times, forming a historically rooted socio-ecology with the neighboring river. This project aims to understand the way(s) in which the recent urban redevelopment projects in Asunción create a socio-ecological conflict between what is understood as the “rights” of the river as opposed to that of marginalized urban communities. In this way, this project raises the main question of: how is the Paraguayan State evoking the social and political jurisprudence of the river as a way to delineate environmental claims and deny access to land to the urban poor? It will combine long-term ethnographic study in different locations of Asunción city and state institutions with historical archival research. In this way, the goal is to advance understandings about novel forms of governing people and the “environment” in an era marked both by climate anxiety and uncertainty as well as greater social and political inequalities.
-