Project

Back to overview

L’enquête journalistique : du mythe au renouvellement. Comment un genre fondateur du journalisme se met en valeur à travers ses méthodes et sa narration

English title Investigative journalism: from myth to renewal. A fundamental journalistic genre's methods and narratives
Applicant Dubied Losa Annik
Number 173315
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Académie du journalisme et des médias Faculté des sciences économiques University of Neuchâtel
Institution of higher education University of Neuchatel - NE
Main discipline Communication sciences
Start/End 01.09.2017 - 28.02.2021
Approved amount 625'610.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Communication sciences
Sociology

Keywords (6)

journalisme; narration; enquête journalistique; investigation; formation journalistique; méthodes d'enquête

Lay Summary (French)

Lead
Ce projet cherche à clarifier le rôle que joue l’enquête journalistique dans la restructuration contemporaine du journalisme et, à l’inverse, comment la mutation du champ est en train de redéfinir l’investigation, genre mythique voire fondateur du journalisme. Dans ce but, la recherche analysera les processus d’enquête et les formes que prend leur narration. Les connaissances ainsi produites sur les (nouvelles) manières dont est produite et restituée l’enquête journalistique enrichiront les réflexions sur le présent et l’avenir du journalisme d’enquête. Ils contribueront aussi à faire progresser la formation à l’enquête journalistique. La recherche sera soutenue dès le 1er septembre 2017 et pour trois ans et demi par le FNS. Dirigée par la prof. Annik Dubied à l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel, elle impliquera deux doctorant·es et un postdoctorant.
Lay summary

Au cœur des reconfigurations du journalisme

A l’heure de « l’infobésité », du journalisme citoyen ou encore du big data, la place du journalisme et en particulier de l’enquête sont à reconsidérer. Comme le montrent les exemples de Wikileaks, de l’investigation sur les attentats de Boston ou encore l’affaire Cahuzac, l’enquête a repris une place d’envergure dans les débats sociétaux, alors que le genre fait son retour dans l’imaginaire collectif. Du point de vue de ses processus de travail mais aussi de sa mise en récit, l’enquête journalistique semble vivre un renouveau. Quelle en est plus précisément la nature ? Quelles sont les transformations normatives et identitaires à l’œuvre ? Et dans quelle mesure ces changements sont-ils susceptibles de jouer un rôle clé dans l’avenir du journalisme ?

Enquêteurs, méthodes et narrations

La recherche commencera par produire une description systématique du champ (cartographie professionnelle et typologie des enquêtes) tel qu’il peut être observé au départ de la Suisse (phase 1), pour étudier ensuite plus en profondeur les narrations elles-mêmes et les pratiques qui les engendrent (phase 2), et pour terminer par une réflexion proactive sur l’enquête et sa narration « bien pensés » (phase 3). Les chercheurs auront recours à des questionnaires, à des analyses de corpus, à des entretiens approfondis et à de l’observation directe pour constituer leurs données. Dans un souci de pertinence pour le monde professionnel du journalisme, la recherche sera ponctuée de restitutions et de discussions des résultats avec un panel de journalistes, et visera notamment à contribuer directement à la formation aux méthodes de l’enquête journalistique et à la créativité dans sa narration.

Direct link to Lay Summary Last update: 16.08.2017

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner

Abstract

Au vu des rapides changements technologiques et sociétaux qui affectent le domaine des médias, le journalisme est en reconfiguration profonde, et le journalisme d'investigation (ou journalisme d’enquête) n'est pas en reste. Ce dernier vivrait actuellement un renouveau. En bien ou en mal, avec les révélations d’Edward Snowden, l’enquête sur l’attentat de Boston, Wikileaks, les notes de frais des parlementaires du Royaume-Uni, ou plus près de nous SwissLeaks ou l’affaire Cahuzac, le journalisme d’investigation semble avoir repris une place centrale dans les débats sociétaux actuels, alors que le genre fait son retour dans l’imaginaire collectif. A diverses échelles, des rédactions, des groupes ou des individus produisent une palette variée d’enquêtes, des plus modestes et locales aux plus sonores, orchestrées par des consortiums internationaux ou des cellules spécialisées. Force est de constater que la définition du journalisme d'enquête est chargée d'enjeux politiques suscitant de vifs débats, ce à quoi s'ajoute une dimension identitaire qui fonde bien des vocations de journalistes.Cette recherche cherche à clarifier le rôle que joue l’enquête dans la restructuration contemporaine du journalisme par les nouvelles conditions technologiques, juridiques, économiques et sociales, et, à l’inverse, comment la mutation du champ est en train de redéfinir un genre mythique et mythifié, sinon fondateur. Le débat entourant la définition et la nature du journalisme d’investigation n’en facilite pas l’étude : il est largement entaché de mythes et de clichés, ce qui péjore la compréhension de l’évolution des pratiques d’investigation, alors même que les changements contemporains sont rapides et radicaux. C’est en étudiant les méthodes utilisées en investigation, et la manière dont ces méthodes sont rapportées, parfois même théâtralisées, dans le récit d’enquête, que nous serons à même de dépasser les mythologies et de mieux comprendre et définir les plus-values présentes et futures du genre. Ces méthodes sont diverses, de même que leur enseignement : « par hypothèse », statistiques, quasi-ethnographiques, informatisées et orientées vers les données, « de précision »... Nous faisons l’hypothèse que ces méthodes, quelles qu’elles soient, servent non seulement comme outils pour l’investigation, mais aussi comme un élément-clé de légitimation de l’investigation et de ses praticiens. Il faut donc étudier l’enquête en portant une attention toute particulière à ses narrations, qui intègrent souvent des faits et des discours liés à la méthode - que ces narrations soient classiques ou innovantes. La recherche sera ponctuée de restitutions et de discussions des résultats avec les journalistes eux-mêmes, en se focalisant en particulier sur la question de la formation à l’investigation : renouveler profitablement l’enquête passe en effet par une réflexion sur son enseignement (quels fondamentaux ? quelles méthodes ? quelles écritures ? quelles innovations?), à l’heure où l’apprentissage de ce genre fondateur échappe en partie aux cursus officiels et est le fait d’autodidactes ou d’apprentissage par essais et erreurs. Etudier l’enquête, genre fondamental et identitaire du journalisme, en travaillant sur sa dimension processuelle et sa narration, permettra de comprendre comment se négocient et se redéfinissent les pratiques et les identités professionnelles dans les cadres que bouleverse la crise contemporaine, et d’évaluer la contribution possible de l’enquête au renouveau du journalisme contemporain. Le processus d’enquête et sa narration relèvent en effet de ce qu’un journaliste est, de ce qu’il considère comme ses prérogatives, et de ce qu’il se donne pour but de produire.
-