Projekt

Zurück zur Übersicht

Le Proverbe dramatique

Gesuchsteller/in Ponzetto Valentina
Nummer 151106
Förderungsinstrument Ambizione
Forschungseinrichtung Département de langue et de littérature françaises modernes Université de Genève
Hochschule Université de Genève - GE
Hauptdisziplin Schwerpunkt Romanistik
Beginn/Ende 01.04.2014 - 30.06.2014
Bewilligter Betrag 36'244.00
Alle Daten anzeigen

Alle Disziplinen (2)

Disziplin
Schwerpunkt Romanistik
Musik und Theater

Keywords (5)

Littérature française, Dramaturgie, Didactique, Morale, Société

Lay Summary (Französisch)

Lead
Le Proverbe dramatique est un genre théâtral souple et polyvalent, qui a su traverser les siècles du XVIIe jusqu’à nos jours en s’adaptant aux goûts du public et aux changements de la société. Ce projet se propose d’en étudier les différentes facettes, l’évolution et les enjeux.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Méconnu et encore peu étudié de nos jours, sans doute parce qu’il a longtemps été réservé aux théâtres de société, le genre du proverbe compte pourtant à son actif des chefs–d’œuvre comme les pièces de Musset ou le cycle des Comédies et proverbes de Rohmer. Avec cette recherche, nous nous proposons de donner une définition du genre et d’en dégager les éléments distinctifs, saisis dans leurs invariants comme dans leurs variantes. Plus précisément nous souhaitons : 1) éclairer les origines du proverbe et ses rapports avec d’autres genres de spectacle, 2) étudier son développement diachronique dans une perspective d’histoire littéraire, 3) cerner les fonctions qu’il remplit et les buts qu’il se propose, du pur divertissement à la pédagogie, en passant par la critique des mœurs et par l’appel à la réflexion morale, 4) définir les principes de sa poétique.

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Alors que la littérature secondaire sur le sujet se réduit à ce jour à de rares travaux sur des auteurs isolés, ce projet aborde l’étude du genre du proverbe dans une perspective plus large, diachronique, transgénérique, poétique et interdisciplinaire, en croisant l’analyse littéraire du répertoire avec celle de ses conditions de production et de réception. Il donnera ainsi lieu à la première théorisation organique sur le proverbe dramatique, ainsi qu’à un questionnement renouvelé sur la fonction du théâtre dans la société.

Direktlink auf Lay Summary Letzte Aktualisierung: 16.12.2013

Verantw. Gesuchsteller/in und weitere Gesuchstellende

Mitarbeitende

Publikationen

Publikation
« Quitte pour la peur, nuances de l’ironie »
Ponzetto Valentina (2016), « Quitte pour la peur, nuances de l’ironie », in Bulletin de l’Association des Amis d’Alfred de Vigny, Nouvelle série, n° 1, 57-72.
« Proverbe »
Ponzetto Valentina (2015), « Proverbe », in Bernard-Griffiths Simone et Auraix-Jonchière Pascale (ed.), Dictionnaire George Sand, Champion, Paris, 1018-1025.
« Mérimée, Leclercq et l’esthétique du proverbe »
Ponzetto Valentina (2015), « Mérimée, Leclercq et l’esthétique du proverbe », in Mérimée et le théâtre, Paris, Université Paris-SorbonneCEREdI, Rouen.
« Théâtre de l’Hermitage : des proverbes dramatiques en français pour la cour de Catherine II de Russie »
Ponzetto Valentina (2015), « Théâtre de l’Hermitage : des proverbes dramatiques en français pour la cour de Catherine II de Russie », in Vatain Corfdir Julie (ed.), La Scène en version originale, PUPS, Paris, 81-100.
« Vigny et le genre du proverbe »
Ponzetto Valentina (2016), « Vigny et le genre du proverbe », in Ledda Sylvain et Sabourin Lise (ed.), Poétique de Vigny, Champion, Paris, 144-159.
« Le proverbe dramatique : un genre à la française ? »
Ponzetto Valentina (accepted), « Le proverbe dramatique : un genre à la française ? », in Yon Jean-Claude (ed.), Les Mondes du spectacle au XIXe siècle, inconnu, France.
« Un idéal raisonnable. Morale des proverbes de George Sand »,
Ponzetto Valentina (accepted), « Un idéal raisonnable. Morale des proverbes de George Sand »,, in Zanone Damien (ed.), Écrire l’idéal : la recherche de George Sand, à confirmer, à confirmer.
« Définitions et modes d’emploi du proverbe. Entre discours paratextuels et représentations métathéâtrales »
Ponzetto Valentina (accepted), « Définitions et modes d’emploi du proverbe. Entre discours paratextuels et représentations métathéâtrales », in Ponzetto Valentina (ed.), Théâtres en liberté, CEREdi, Rouen.
« Gants verts, bourses rouges, miroirs magiques : théâtralisation des (in)fidélités conjugales dans les Comédies et proverbes de Musset »
Ponzetto Valentina (accepted), « Gants verts, bourses rouges, miroirs magiques : théâtralisation des (in)fidélités conjugales dans les Comédies et proverbes de Musset », in Verjus Anne, Gougelmann Stéphane (ed.), Écrire le mariage en France au XIXe siècle, Publications de l'Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 179-196.
« Qui court deux lièvres à la fois n’en prend point, comédie en proverbes du marquis de Surgères »
Ponzetto Valentina (accepted), « Qui court deux lièvres à la fois n’en prend point, comédie en proverbes du marquis de Surgères », in Quéro Dominique (ed.), Surgères, Caylus et le théâtre de Morville, à confirmer, Paris.

Zusammenarbeit

Gruppe / Person Land
Felder der Zusammenarbeit
UMR LIRE/Lyon2 Frankreich (Europa)
- vertiefter/weiterführender Austausch von Ansätzen, Methoden oder Resultaten
- Publikation
ENS Ulm / Paris Frankreich (Europa)
- Publikation
Université de Rouen Frankreich (Europa)
- vertiefter/weiterführender Austausch von Ansätzen, Methoden oder Resultaten
- Publikation
Università degli Studi di Torino Italien (Europa)
- vertiefter/weiterführender Austausch von Ansätzen, Methoden oder Resultaten
- Publikation

Verbundene Projekte

Nummer Titel Start Förderungsinstrument
131963 Le Proverbe dramatique 01.02.2011 Ambizione
157392 Théâtres de société. Entre Lumières et Second Empire 01.09.2016 SNF-Förderungsprofessuren
147444 Théâtres en liberté. Genres nouveaux, scènes alternatives, du XVIIIe au XXe siècles 01.05.2013 Wissenschaftliche Tagungen

Abstract

Le Proverbe dramatique est un genre théâtral souple et polyvalent, qui a su, sous différentes facettes et en s’adaptant aux goûts du public et aux évolutions de la société, traverser les siècles du XVIIe jusqu’à nos jours. Il reste pourtant méconnu, n’ayant jamais retenu l’attention de la critique, sans doute peu attirée par un genre aux frontières poreuses, donc difficile à classer, et aux modes de réception fort disparates. Spectacle de loisir, aux origines encore obscures mais certainement ludiques, légères et mondaines, longtemps pratiqué essentiellement par et pour des amateurs éclairés, le proverbe se développe en effet en marge des grands genres. Il en résulte d’un côté sa moindre visibilité, de l’autre sa liberté extrême. Excentrique et prétendument spontané, il se soustrait aux rigueurs de toute poétique post-aristotélicienne. Souvent confidentiel et apparemment sans conséquence, il réussit même, la plupart du temps, à éviter le couperet de la censure. D’où sa grande variété et son intérêt. Les auteurs qui le pratiquent se montrent eux-mêmes peu enclins à la théorisation, avares de préfaces ou autres paratextes dispensant préceptes et définitions, mais très ouverts à toute sorte d’influence et d’expérimentation. Sur la base commune d’une intrigue plus ou moins simple illustrant une maxime connue, viennent donc se greffer un nombre presque infini de variations. L’apport de la Commedia dell’arte, avec son savoir séculaire d’improvisation sur canevas et d’expression corporelle, revêt dès le début une grande importance. Mais il ne faudra pas négliger les échanges avec d’autres spectacles de pur amusement, tels que la parade, le vaudeville ou l’opéra-comique, ou encore avec la comédie de mœurs et de caractères, le « genre sérieux » préconisé par Diderot, et parfois même la tragédie, reprise sous des formes parodiques. Les conditions de réception aussi varient selon le auteurs et les époques. Elles vont de la simple lecture, à la représentation sur des scènes professionnelles et pour le grand public, en passant par les théâtres de société et par la mise en scène pédagogique en milieu scolaire. Au XXe siècle elles s’étendent même à la diffusion radiophonique ou télévisuelle et enfin au cinéma, avec le cycle des Comédies et proverbes d’Eric Rohmer. Alors que la littérature secondaire sur le sujet se réduit pour le moment, à une exception près, à de rares travaux sur des auteurs isolés, voire tout au plus à des comparaisons ponctuelles dans le cadre d’une recherche de sources et d’influences, l’étude du proverbe dramatique gagnerait à être abordée dans une perspective plus large, diachronique, transgénérique, poétique et interdisciplinaire. Sa perméabilité à tous les genres appelle à un dialogue constant avec l’histoire du théâtre plus traditionnel et l’évolution de ses tendances, mais aussi avec la musique, la radio et le cinéma. Sa résurgence à des époques données – la fin de l’Ancien Régime avec Carmontelle, le Romantisme avec de grands auteurs tels que Musset, Vigny et Sand, puis le Second Empire et encore les années 1920 – demande à être interrogée et contextualisée. Sa diffusion capillaire dans plusieurs couches de la société, dans les cercles d’amateurs et à des époques différentes, en fait un observatoire privilégié pour étudier l’évolution des idées et des mœurs d’un point de vue inédit. Sa vocation didactique, jamais démentie au fil des siècles, nécessite de convoquer des notions de pédagogie et de psychologie, et permet un aperçu sur l’avancée des notions dans ces disciplines à différentes époques. Le nombre très important de femmes-écrivains souvent célèbres qui l’ont pratiqué, de Mme de Maintenon à la Comtesse de Ségur, en passant par Mme de Genlis, Mme de Staël et George Sand, sans compter les rangs plus obscurs d’aristocrates, institutrices, actrices et autres femmes de toute sorte, demande enfin qu’on interroge le genre du proverbe dans la perspective des gender studies pour explorer et interpréter le rapport qui se noue entre une écriture féminine et un théâtre officiellement dévalorisé, mais sans doute pour cela d’autant plus libre et ouvert à l’invention. Ma recherche se propose de prendre en compte tous ces facteurs, en croisant l’analyse littéraire du répertoire avec celle de ses conditions de production et de réception, pour essayer d’offrir enfin une étude organique du proverbe.