Project

Back to overview

Entre multilatéralisme et unilatéralisme : les débats de la politique extérieure russe face à la Géorgie (1991 - 2008)

English title Between Multilateralism and Unilateralism: Russian Foreign Policy Debates with Regard to Georgia (1991 - 2008)
Applicant Druey Schwab Cécile
Number 145601
Funding scheme Fellowships for prospective researchers
Research institution
Institution of higher education Institution abroad - IACH
Main discipline General history (without pre-and early history)
Start/End 01.10.2012 - 30.06.2013
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
General history (without pre-and early history)
Political science

Keywords (4)

Relations russo-géorgiennes; acteurs politiques russes; espace post-soviétique; "conflits gelés"

Lay Summary (French)

Lead
Par l'exemple des relations russo-géorgiennes, ce travail étudie les intérêts politiques, socio-culturelles et militaires de la Russie face aux pays de l'espace post-soviétique. Il s'intéresse aux attitudes des différents acteurs politiques russes et se focalise sur les premières deux décennies après la désintégration de l'Union Soviétique (1991 à 2008).
Lay summary

Le but du présent projet de recherche est d’étudier le rôle politique, socio-culturel et militaire que la Russie a joué dans l’espace postsoviétique. Par l’étude des différents acteurs, le projet vise à éclaircir la formation des discours de la politique extérieure russe, ainsi que les conséquences politiques et militaires découlant de ces discours en changement continuel. La recherche se focalise sur une période s'étendant de 1991 jusqu'en 2008.
Les conflits séparatistes en Géorgie serviront comme cas d’étude illustrant les positions de la politique extérieure russe ; l’exemple russo-géorgien se prête à cet exercice, car il témoigne d’une palette intéressante de positions russes, entre multilatéralisme et unilatéralisme. De plus, les conflits en Géorgie furent les seuls parmi les « conflits gelés » des années quatre-vingt dix à être « dégelés » à nouveau en août 2008, ce qui justifie le choix de la période de 1991 à 2008.

Un séjour de recherche à Moscou (octobre 2012 à juin 2013) sert à étudier les sources primaires russes, ainsi qu'à nouer des contactes scientifiques et politiques qui rendront le travail pertinent et soutiendront son auteur dans sa carrière ultérieure.
Direct link to Lay Summary Last update: 08.08.2013

Responsible applicant and co-applicants

Publications

Publication
"Don’t Count on Europe"
Druey Cécile and Liana Fix (2013), "Don’t Count on Europe", in Eurasia Outlook (Carnegie Moscow Center), Website-Website.

Collaboration

Group / person Country
Types of collaboration
MGIMO, Moscow State Institute for International Relations Russia (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Research Infrastructure
Carnegie Moscow Center Russia (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved


Self-organised

Title Date Place
Seminar zur Vergangenheitsbewältigung im Nordkaukasus 10.12.2012 Moskau

Knowledge transfer events

Active participation

Title Type of contribution Date Place Persons involved


Abstract

But du projet:Le but du présent projet de recherche est d’étudier le rôle que la Russie a joué dans les conflits ravageant le sud de l’espace postsoviétique. Par l’étude des différents acteurs, le projet vise à éclaircir la formation des discours de la politique extérieure russe, leur évolution, ainsi que les conséquences politiques et militaires découlant de ces discours en changement continuel. La recherche se focalise sur une période s'étendant de 1991 jusqu'en 2008.Les conflits séparatistes en Géorgie serviront comme cas d’étude illustrant les positions de la politique extérieure russe ; l’exemple russo-géorgien se prête à cet exercice, car il témoigne d’une palette intéressante de positions russes, entre multilatéralisme et unilatéralisme. De plus, les conflits en Géorgie furent les seuls parmi les « conflits gelés » des années quatre-vingt dix à être « dégelés » à nouveau en août 2008, ce qui justifie le choix de la période de 1991 à 2008.Méthodologie:En s'appuyant sur certains éléments méthodologiques de l'analyse du discours et de la recherche qualitative, la présente analyse se penche sur les discours des différents acteurs de la politique étrangère russe.Sur la base des données recueillies grâce aux sources primaires (documents politiques et médiatiques) et lors d‘entretiens, les positions des acteurs seront examinées à différents moments de la période en question au niveau de leurs propositions multilatérales ou unilatérales à l'égard de la gestion des conflits en Géorgie. En situant ces déclarations dans leur contexte national et international, le projet identifiera les intérêts, les buts et les sources de pouvoir spécifiques qui amènent les différents acteurs à formuler leurs discours. La comparaison de ces discours avec les décisions effectivement mises en œuvre permettra de formuler des conclusions sur les structures de pouvoir et les mécanismes de décision en matière de politique extérieure et de sécurité russe.Cadre général:Le projet se situe dans le domaine académique interdisciplinaire des „études postsoviétiques“ - terme répandu dans le monde universitaire aux Etats-Unis, mais moins utilisé en Europe. De par sa methode fermement liée aux sources primaires et son intérêt à la comparaison des époques, l 'approche principale du projet est clairement historique; cependant, la récence du sujet, ainsi que certains éléments méthodologiques le situent partiellement aussi dans le domaine académique de science politique.
-