Project

Back to overview

Scepticisme et réalisme chez Isabelle de Charrière (1740-1805): enjeux philosophiques, esthétiques et politiques d'une poétique du vrai

English title Scepticism and realism in the writings of Isabelle de Charrière (1740-1805) : the philosophical, aesthetic and political implications of representing reality in literature
Applicant Pasche Villars Virginie
Number 145498
Funding scheme Marie Heim-Voegtlin grants
Research institution Institut de littérature française Faculté des lettres et sciences humaines Université de Neuchâtel
Institution of higher education Université de Neuchâtel - NE
Disciplines Focus on Romance Literature and Linguistics
Start/End 01.02.2013 - 31.07.2014
Approved amount 94'996.00
Show all

Keywords (8)

Eighteenth-century French literature, Isabelle de Charrière/Belle van Zuylen , French Revolution , History of literature , Theory of literature , History of ideas , Realism, Women writers

Lay Summary (French)

Lead
Ecrivain d’expression française d’origine hollandaise, Isabelle de Charrière a vécu en Suisse à la fin du XVIIIe siècle. Se déclarant sceptique sur le plan philosophique, elle met en oeuvre, dans son écriture romanesque et théâtrale, un réalisme privilégiant la singularité de l’expérience individuelle.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Dès ses premiers écrits, Isabelle de Charrière a critiqué la manière dont la littérature et le discours social véhiculent des stéréotypes qui enferment le destin des individus dans des schémas figés. En premier lieu, ce projet vise à décrire le réalisme qu’Isabelle de Charrière a mis au point dans ses romans des années 1784-1787 pour questionner la société et la littérature de son temps. Il s'attache également à caractériser l’évolution de cette esthétique dans ses productions littéraires ultérieures, en particulier pendant et après la Révolution. Plus largement, ce projet vise aussi à rendre compte du rôle et de la signification accordés à la littérature pour penser le monde par un auteur échappant aux canons traditionnels dans une époque de grands bouleversements historiques et esthétiques.

Signification du travail de recherche

Contribuant à l’écriture d’une histoire des formes littéraires, cette description d’un réalisme à bien des égards différent de celui du XIXe siècle appartient d’abord à l’histoire et à la théorie littéraires. Par l’importance qu’elle accorde à l’arrière-plan philosophique sur lequel Isabelle de Charrière fondait son scepticisme, cette recherche comporte également une dimension épistémologique par les questions qu’elle soulève sur les rapports entre littérature et philosophie. Enfin, du fait de l’ancrage helvétique de l’auteure, cette enquête éclaire des aspects importants de la Suisse des Lumières et de sa littérature.

Direct link to Lay Summary Last update: 21.12.2012

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Publications

Publication
La Réponse à l'écrit du colonel de La Harpe, un pamphlet aux limites du genre
Pasche Virginie (accepted), La Réponse à l'écrit du colonel de La Harpe, un pamphlet aux limites du genre, in Cahiers Isabelle de Charrière / Belle de Zuylen Papers, 9.

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Date Place
Colloque de clôture de l'Ecole doctorale FNS ''La Suisse dans les Lumières européennes'' Talk given at a conference 05.09.2013 Yverdon-les-Bains, Switzerland


Associated projects

Number Title Start Funding scheme
121608 Penser la rupture: littérature et Révolution dans l'oeuvre d'Isabelle de Charrière (1740-1805) 01.11.2008 Projektförderung (Abt. I-III)

Abstract

Femme auteur de la fin du XVIIIe siècle, Isabelle de Charrière a produit une œuvre caractérisée par le refus de toute pensée systématique. Influencée dans le domaine littéraire par le classicisme français, elle revendiquait sur le plan philosophique des idées proches des empiristes anglais, préférant la valeur de l’expérience individuelle aux vérités générales et abstraites. Il résulte de ce double héritage une poétique d’une grande complexité sous l’apparence de formes anodines : au sein du modèle extrêmement banal qu’est devenu le roman épistolaire à la fin du XVIIIe siècle, Isabelle de Charrière a façonné, à travers l’importance qu’elle accordait à l’individu et aux détails du quotidien, un réalisme qui apparaît à maints égards comme une transposition littéraire de l’empirisme des Lumières. Soucieuse d’éviter tout jugement définitif, elle concluait ses romans par des dénouements ouverts, selon un mode de faire qui prolonge sur le plan esthétique sa méfiance envers tout discours prompt à fournir des explications générales des hommes et de la nature. Au moment de la Révolution, son scepticisme s’est affirmé de la même manière, mais de façon plus urgente encore, dans le domaine politique. Relevant de l’histoire et de la théorie littéraires, le présent projet entend décrire le réalisme qu’Isabelle de Charrière a mis au point dans ses romans des années 1784-1787 et l’évolution de cette esthétique dans ses productions littéraires ultérieures, en particulier pendant et après la Révolution. Contribuant à l’écriture d’une histoire des formes littéraires, cette description d’un réalisme à bien des égards différent de celui du XIXe siècle comporte également une dimension épistémologique en raison des questions que l’œuvre d’Isabelle de Charrière soulève sur les rapports entre littérature et philosophie. Dans la mesure où Isabelle de Charrière a montré une grande préoccupation durant la période révolutionnaire pour la portée pragmatique de ses écrits, ce projet vise aussi à rendre compte de la réflexion menée par l’auteur sur les implications éthiques de la littérature.