Projekt

Zurück zur Übersicht

Vieillir ensemble sous le regard des professionnel·le·s: l'intimité théâtralisée?

Gesuchsteller/in Palazzo-Crettol Clothilde
Nummer 135097
Förderungsinstrument Projektförderung (spezial)
Forschungseinrichtung Institut Santé & Social HES-SO Valais/Wallis
Hochschule Fachhochschule Westschweiz - HES-SO
Hauptdisziplin Soziale Arbeit
Beginn/Ende 01.09.2011 - 31.05.2013
Bewilligter Betrag 134'501.00
Alle Daten anzeigen

Alle Disziplinen (3)

Disziplin
Soziale Arbeit
Soziologie
Gesundheit

Keywords (4)

conjugalité; genre; personnes âgées; travail social

Lay Summary (Französisch)

Lead
Lay summary

« Vieillir ensemble sous le regard des professionnel·le·s : l’intimité théâtralisée ? »

L’allongement de la vie a appelé une redéfinition de la vieillesse (comme processus biologique et/ou social, comme continuum, comme lieu d’une certaine fragilisation, etc.) et l’ouverture de nouveaux champs scientifiques dont la vie de couple et l’intimité conjugale font partie. En effet, selon les statistiques, un nombre important de personnes vivront en couple jusqu’à la grande vieillesse et ce nombre continuera de croître, en tout cas à moyen terme. Pour suppléer à des difficultés relatives à l’âge, certains de ces couples devront ponctuellement ou sur la durée recourir aux services de l’action sociale, c'est-à-dire admettre que des « étrangers » pénètrent leur espace réservé jusque-là à des familiers. Cette publicisation, même partielle, de la conjugalité représente un enjeu important pour l’aide et le soutien professionnels aux personnes âgées. Ce « brouillage » des frontières entre ce qui est traditionnellement perçu comme privé (le couple) et ce qui est perçu comme public (l’intervention d’un tiers extérieur) pose des questions sur les limites acceptables de l’intervention professionnelle et sur la signification des liens de proximité qui en découlent.

Inscrit dans une perspective « genre »[1], ce projet vise à explorer la conjugalité des couples âgés en contact avec des professionnel·le·s. de l’intervention sociale : des assistantes sociales des services sociaux généraux (Pro Senectute Valais, Centres médicaux sociaux, CMS) ou spécialisés (Ligue Valaisanne Contre le Cancer) et des animatrices d’un établissement médico-social (EMS St-Pierre à Sion). Partenaires de l’étude, ces institutions ont à charge de référer des professionnel·le·s et des couples susceptibles d’être interviewés.

Les questions centrales qui sont investiguées dans cette recherche sont les suivantes: que signifie être un couple âgé inscrit dans un processus de fragilisation, symbolisé par l’intervention professionnelle, pour les deux partenaires du couple et les professionnel·le·s ? Comment les protagonistes vivent cette interaction? Comment les différents rapports sociaux (de sexe, d’âge etc.) s’y actualisent-ils ?

Pour répondre à ces interrogations et rendre compte de la diversité des situations rencontrées, une démarche qualitative et compréhensive a été privilégiée. Des entretiens semi-directifs individuels sont menés avec chaque partenaire des couples et avec les professionnel·le·s, sur les dimensions qui regardent la conjugalité et sur les dimensions qui se rapportent à l’interaction.

Un focus group réunira les professionnel·le·s afin de mettre en perspective, de façon collective, leurs représentations de la conjugalité dans la vieillesse et les situations perçues comme problématiques par les couples interviewés.

Les résultats attendus sont une meilleure connaissance des expériences conjugales vécues par les couples et des perceptions des professionnel·le·s; la formalisation et la publicisation de l’existant en matière de « bonnes pratiques » et le développement de la capacité sociale à répondre adéquatement aux différentes étapes de la vieillesse.

[1] Nous utilisons l’expression « rapports sociaux de sexe », généralisée dans les pays francophones, et le concept de genre indifféremment, comme la littérature spécialisée le permet. (Voir à ce propos : Mathieu, 2000).

Direktlink auf Lay Summary Letzte Aktualisierung: 21.02.2013

Verantw. Gesuchsteller/in und weitere Gesuchstellende

Mitarbeitende

Projektpartner



Juristische Personen

Name Anschrift
Pro Senectute Valais Secrétariat cantonal Pro Senectute Valais Secrétariat cantonal Rue des Tonneliers 7 1950 CH-Sion
CMS du Vallon de la Printse, Nendaz CMS du Vallon de la Printse, Nendaz 1996 CH-Basse-Nendaz
Ligue Valaisanne Contre le Cancer Ligue Valaisanne Contre le Cancer Rue de la Dixence 19 1950 CH-Sion
EMS Saint-Pierre EMS Saint-Pierre Rue de Gravelone 2 1950 CH-Sion

Wissenschaftliche Veranstaltungen

Abstract

L’allongement de la vie entraîne l’apparition de nouvelles classes d’âge, l’établissement de typologies inédites et la caractérisation de nouveaux degrés d’atteintes. Les approches sur la chronologisation des parcours de vie montrent que ce sont surtout les premières étapes qui sont les moins prévisibles. Les phases tardives de la vie font elles l’objet - de part les risques de fragilisation et de dépendance - d‘une normalisation institutionnalisée, entre autre, par le biais de l’intervention des professionnels de l’action sociale en charge de la vieillesse. La vie de couple et l’intimité conjugale font partie des nouveaux champs ouverts par l’allongement de la vie. En effet, selon les statistiques, un nombre important de personnes vivront en couple jusqu’à la grande vieillesse et ce nombre continuera de croître, en tout cas à moyen terme. Pour suppléer des difficultés relatives à l’âge, certains de ces couples devront ponctuellement ou sur la durée recourir aux services de l’action sociale, c'est-à-dire admettre que des « étrangers » pénètrent leur espace réservé jusque-là à des familiers. Cette publicisation, même partielle, de la conjugalité représente un enjeu important pour l’aide et le soutien professionnels aux personnes âgées. Ce « brouillage » des frontières entre ce qui est traditionnellement perçu comme privé (le couple) et ce qui est perçu comme public (l’intervention d’un tiers extérieur) pose des questions sur les limites acceptables de l’intervention professionnelle et sur la signification des liens de proximité qui en découlent. Dans une perspective de rapports sociaux de sexe(1), ce projet vise à explorer la conjugalité des couples âgés en contact avec des professionnel•le•s(2) de l’intervention sociale, soit des assistantes sociales et des animatrices d’un établissement médico-social (EMS )(3). Nous nous intéresserons à la manière dont le quotidien de l’âge transforme la conjugalité, d’une part à partir du regard que les professionnel?le?s portent sur les couples dont elles et ils s’occupent et d’autre part, à partir de la manière dont les couples âgés relatent ces transformations. Nous nous pencherons également sur les expériences singulières que les acteurs et actrices concernées font de cette interpénétration du public et du privé avec l’objectif de mieux comprendre ce qui se joue dans le cadre de cette interaction, au travers des récits croisés des professionnel?le?s et des couples âgés. Ainsi, dans cette recherche, nous allons investiguer les questions centrales suivantes: que signifie être un couple âgé inscrit dans un processus de fragilisation, symbolisé par l’intervention professionnelle, pour les deux partenaires et les professionnel•le•s ; comment cette interaction est vécue par les protagonistes. Pour répondre à cette interrogation et rendre compte de la diversité des situations rencontrées, nous privilégierons une démarche qualitative et compréhensive. Des entretiens semi-directifs individuels seront menés avec chaque partenaire des couples et avec les professionnel•le•s, sur les dimensions qui regardent la conjugalité et sur les dimensions qui se rapportent à l’interaction. Un focus group réunira les professionnel•le•s afin de mettre en perspective et de façon collective leurs perceptions sur les couples. Nos partenaires de terrain sont : des services sociaux généraux (Pro Senectute, Centres médicaux sociaux, CMS) ou spécialisés (Ligue Valaisanne Contre le Cancer) qui nous réfèreront, par l’intermédiaire des assistantes sociales, des couples à domicile (la majorité). Notre dernier partenaire (l’EMS St-Pierre) nous réfèrera par l’intermédiaire des animatrices, des couples en institution (une petite minorité). (1)Nous utilisons l’expression « rapports sociaux de sexe », généralisée dans les pays francophones, et le concept de genre indifféremment, comme la littérature spécialisée le permet. (Voir à ce propos : Mathieu, 2000). (2)Dans le but de rendre compte de la réalité sociologique, nous utilisons dans ce projet, dans la mesure du possible, un langage épicène, i.e. les professionnel•le•s. (3)Les couples demeurent très rares dans les EMS, le couple protégeant, en quelque sorte, de l’institutionnalisation, néanmoins, dans une perspective exploratoire, il nous semble important d’aller investiguer également ce type de conjugalité et ses liens avec le travail social. De ce fait, les professionnel•le•s concerné•e•s sont ici des animatrices socioculturelles, l’éducation sociale n’étant pas engagée dans l’accompagnement des personnes âgées.
-