Project

Back to overview

Dispositifs et réception

English title Dispositives and Reception
Applicant Albera François
Number 129480
Funding scheme ProDoc
Research institution Section d'histoire et esthétique du cinéma Faculté des lettres Université de Lausanne
Institution of higher education University of Lausanne - LA
Main discipline Theatre and Cinema
Start/End 01.05.2010 - 31.10.2013
Approved amount 324'072.00
Show all

Keywords (19)

dispositive; cinema; reception; vision; image; audition; sound; history; web; television; media; spectatorship; user; interactivity; globalisation; reality TV; critical discurses; internet; sociology

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
Ce projet vise à étudier les figures et situations de réception engagées par des dispositifs audiovisuels (Internet, télé-réalité) saisis aussi bien à travers leurs actualisations médiatiques concrètes que via le faisceau de discours et l'imaginaire socioculturel qu'ils génèrent.

Centré sur la réception de dispositifs audiovisuels contemporains, ce projet se propose d'étudier comment certains médias (Internet, la " télé-réalité ", la vidéo-surveillance) sont appréhendés par une série de réseaux discursifs et saisis dans des pratiques socioculturelles qui modifient et redéfinissent les notions traditionnelles de spectateur, de public, de dispositif ou d'œuvre. Envisageant la réception de ces dispositifs dans leurs multiples croisements avec le cinéma, cette étude examinera les objets, les pratiques et les usages impliqués par ces interactions. Cette recherche se décompose en deux volets : le premier, " Le cinéma saisi par Internet ", porte sur l'interaction entre l'Internet entendu et le cinéma ; le second, " L'imaginaire de la "télé-réalité" dans le sillage du cinéma ? Entre modèle local, francophonie et standardisation ", s'emploie à analyser l'ensemble des discours publiés en réaction à certaines émissions de télé-réalité produites dans l'espace francophone.

Il s'agit d'étudier les différents types d'articulations entre le cinéma et les productions audio-visuelles actuelles (télévision, Internet) tant au plan des échanges, interactions, reprises, voire détournements qu'à celui des catégories, des notions opératoires telles que " réalisme ", " direct ", " interactivité ", " globalisation ", etc.
Dans un contexte où le cinéma migre et se distribue sous des formes médiatiques hybrides, il est essentiel d'intégrer la prise en compte de celles-ci au sein d'une réflexion générale sur l'histoire des dispositifs audiovisuels. Ce projet permettra de démontrer la productivité d'un modèle théorique élaboré à partir du schème tripartite machinerie/spectateur/représentation tel qu'appliqué au versant de la réception de productions audiovisuelles. Le caractère novateur de cette recherche réside dans son articulation entre étude de la réception et analyse épistémologique des dispositifs saisis dans leur dimension à la fois historique, discursive, sociale et métapsychologique.
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Publications

Publication
« La téléréalité comme dispositif : le cas de la Suisse romande »
Bouchez Charlotte (2011), « La téléréalité comme dispositif : le cas de la Suisse romande », in Maria Tortajada et François Albera (ed.), L’Age d’Homme, Genève, 325-344.
La notion d’espace culturel dans l’analyse des discours sur la téléréalité en Suisse romande
Bouchez Charlotte, La notion d’espace culturel dans l’analyse des discours sur la téléréalité en Suisse romande, in Alberto Roncaccia (ed.).

Scientific events



Self-organised

Title Date Place
Beyond Film Studies: Film Studies as Media Epistemology 29.11.2011 Lausanne, UNIL, Switzerland
Film und Fernsehwissenschaftliches Kolloquium 31.03.2011 Zürich, UZH, Switzerland

Communication with the public

Communication Title Media Place Year
Media relations: print media, online media La télé-réalité, l'art de sublimer les gens ordinaires Uniscope Western Switzerland 2013
Media relations: print media, online media Télé-réalité à la sauce romande Journal Coopération Western Switzerland 2013

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
156149 Le cinéma de Nag et Gisèle Ansorge: institutions, pratiques et formes 01.04.2015 Project funding (Div. I-III)
126882 Cinéma et dispositifs audiovisuels: discours et pratiques 01.10.2009 ProDoc
126882 Cinéma et dispositifs audiovisuels: discours et pratiques 01.10.2009 ProDoc

Abstract

Dans l’espace conceptuel balisé par la théorie des dispositifs, la question de la réception se révèle particulièrement cruciale. D’une part elle se rattache au pôle du « spectateur » de la triade « machinerie-spectateur-représentation » en donnant une extension à cette notion (sociologie de la réception) et tout à la fois un resserrement (appropriation subjective) ; d’autre part elle circonscrit un vaste et complexe ensemble de discours écrits prescriptifs, descriptifs, réactifs qui, pour une part, « programment » le fonctionnement de la triade et, pour une autre, prennent acte de ses modalités et en proposent une conceptualisation. Ces discours de « réception » se révèlent donc aussi des discours de « construction » des usages des dispositifs et à ce titre ils interagissent avec les définitions préalables (« modes d’emploi », codes de bon fonctionnement de la machinerie) et les intentionnalités. La réversibilité de toute une part des procédures de production dans le cadre des technologies contemporaines de la communication (ordinateur, internet) met en lumière une propension de ces dispositifs à voir leurs usages et leurs produits objets de constantes « négociations » avec leurs utilisateurs, a fortiori désormais où ils sont en réseaux. La réception concerne donc, dans cette perspective, à la fois celle des médias eux-mêmes en tant que tels (la réception du cinéma, de la télévision, de l’internet) et celle des productions que ces médias diffusent (films, émissions, blogs). Dans une volonté de classement et en payant tribut à une conception évolutionniste « des médias », on a, en histoire du cinéma notamment, voulu distinguer une époque dite de la « novelty », où les commentaires sur le cinématographe (ou le kinetoscope et les autres) seraient centrés sur la « machine », « l’appareil » dont on admirerait ou craindrait les performances techniques, et une époque successive où l’on déplacerait cet intérêt sur les films ou le cinéma en tant que « septième art », en faisant passer la technique au second plan. On a même pu parler d’ « âge adulte » du cinéma désormais délié des questions techniques (Bazin, 1985). Mais cette partition - qui a peut-être pour elle de suivre une « dominante » dans les discours de légitimation - occulte malencontreusement la permanence du discours de premier type et même son caractère inséparable du second due à la nature propre aux objets médiatiques (technologie forcément évolutive, usage et destination de masse, mondialisation de leur fonctionnement). On comprend mieux en ne cédant pas à ce schéma qui se construit sur l’éviction de toute une part de la production audiovisuelle (appliquée ou non : pédagogique, amateur, publicitaire, médicale, prophylactique, policière, etc.) combien les discours « de réception » ne se limitent pas à des réactions de récepteurs, mais participent par réversion à la définition de l’ensemble de la triade. Il convient par conséquent d’engager un recensement et une analyse empirique précise des situations de réception en examinant tous les paramètres en jeu (habitus sociaux, localisations, pratiques collectives ou individuelles, médiatisation - lancements, affiches, presse, radio, télévision, etc. - visant à « formater » cette réception et, a contrario, pratiques d’appropriation, détournement, accommodations diverses) avant de proposer leur conceptualisation. On saisira ainsi le caractère dynamique de la notion de dispositif en observant combien elle subsume celles de structures et de fonctionnement entre des pôles figés. Les deux projets présentés ici développeront ces questions dans des études de cas précises : soit en abordant les dispositifs de télé-réalité confrontés aux discours qui les modélisent et en interrogeant tout particulièrement le processus de localisation ou de régionalisation d’un objet standardisé ; soit en envisageant les transformations introduites par internet au mode de diffusion ou de création des films, comme au statut différencié du producteur-diffuseur et du public-spectateur, pour montrer comment la notion de « réception » se trouve reconfigurée par le dispositif lui-même. Dans les deux cas, il s’agira de travailler sur des phénomènes de croisements de dispositifs, et d’envisager comment le « cinéma », par exemple, est remodelé par internet, ou comment un produit télévisuel s’approprie des formes de captation-monstration hétérogènes (théâtrale, filmique, vidéosurveillance, webcam…) et des motifs (réalisme, réalité, peur ou fascination des images…) qui font partie de l’imaginaire historique d’autres médias, et tout particulièrement, du cinéma. Les deux projets de thèse proposés au financement du FNS sont : Monsieur Raphael Pasche : « Le cinéma saisi par Internet » ; Madame Charlotte Bouchez : « L’imaginaire de la télé-réalité dans le sillage du cinéma ? Entre modèle local, francophonie et standardisation ». Le troisième candoc du MR est financé par l’UNIL. Tous s’inscrivent dans un cadre de recherche développé de longue date à la section d’histoire et esthétique du cinéma de l’UNIL, visant le renouvellement de l’approche historique du cinéma à travers le développement d’une épistémologie des dispositifs de vision et d’audition, d’une part, et à travers la mise en place de projets de recherche dans le champ de la réception, concernant notamment l’espace du cinéma helvétique, d’autre part. Dans ce deuxième axe, la réflexion s’appuie sur des approches de type sociologique. La spécificité des projets soumis ici au FNS tient à ce que ces deux axes de recherche, dispositifs et réception, seront envisagés l’un en rapport avec l’autre, faisant en sorte que les approches de type sociologique soient reformulées en fonction de la triade définitoire de la notion de dispositifs - spectateur, machinerie, représentation.
-