Projekt

Zurück zur Übersicht

L’exposition moderne de la photographie, 1920-1970

Gesuchsteller/in Lugon Olivier
Nummer 124507
Förderungsinstrument Projektförderung (Abt. I-III)
Forschungseinrichtung Section d'histoire et esthétique du cinéma Faculté des lettres Université de Lausanne
Hochschule Universität Lausanne - LA
Hauptdisziplin Kunstgeschichte
Beginn/Ende 01.04.2009 - 31.08.2012
Bewilligter Betrag 164'223.00
Alle Daten anzeigen

Keywords (10)

photographie; exposition; musée; architecture; design; photography; exhibition; museum; art; propaganda

Lay Summary (Französisch)

Lead
Lay summary
L’avènement de la photographie au musée et dans le marché de l’art depuis une vingtaine d’années s’est appuyé sur la prédominance d’un modèle assez figé de présentation, emprunté aux beaux-arts : des images soigneusement séparées l’une de l’autre, isolées par un cadre et un verre, accrochées à hauteur des yeux, à plat sur un mur clair apparemment plein. Si ce modèle conventionnel de mise en valeur du tableau a contribué à conférer au médium une aura et une valeur marchande inédites, il a aussi tendu à refouler une histoire très différente de l’exposition photographique, celle d’un bouillonnement d’expérimentations et d’innovations développées au fil du XXe siècle pour dépasser précisément ce modèle des beaux-arts. Des années 1920 aux années 1960 en effet, la photographie a été perçue non seulement comme une nouvelle forme de médium ou d’œuvre d’art, mais aussi comme un agent privilégié de redéfinition des techniques de présentation des images et de leur rapport à l’espace. Par sa propre souplesse matérielle - une photographie n’a pas de corps, elle peut être agrandie, rétrécie, projetée, inversée, découpée, suspendue de multiples façons -, mais surtout par son absence de valeur commerciale et symbolique, elle a favorisé une grande liberté d’usages et d’expérimentations, et stimulé de nombreuses recherches sur la spatialisation des images.
Ces recherches ont pris naissance dans la mouvance constructiviste soviétique et germanique des années 1920, dans le sillage du Bauhaus en particulier, où elles se sont chargées de fortes implications culturelles et politiques. Mais les formules développées alors ont rapidement traversé les frontières et les milieux, pour connaître une vitalité toute particulière dans les années 1940 et 1950, où maintes expositions photographiques sont devenues de véritables architectures d’images : le spectateur y était désormais appelé à déambuler entre les images, à les mettre en relation à distance, à les percevoir avec tout le dynamisme de son avancée au milieu de formats et de points de vue changeants.
A partir de l’étude d’une douzaine de manifestations clés, le présent projet de recherche entend entreprendre une histoire scénographique de la photographie moderne, en croisant histoire de la photographie, de l’architecture et de la muséographie. Il examine la façon dont la mise en espace produit elle aussi un discours, remodèle la signification et le statut des images, et il rappelle à quel point les protagonistes de la photographie moderne ont pris en compte cette malléabilité fondamentale - matérielle comme sémantique - du médium et l’importance du spectateur face à l’image.
Direktlink auf Lay Summary Letzte Aktualisierung: 21.02.2013

Verantw. Gesuchsteller/in und weitere Gesuchstellende

Publikationen

Publikation
"Entre l’affiche et le monument, le photomural dans les années 1930"
Olivier Lugon (2012), "Entre l’affiche et le monument, le photomural dans les années 1930", in Olivier Lugon (ed.), 79-123.
"Exposition et médias : photographie, cinéma, télévision"
Olivier Lugon (ed.) (2012), "Exposition et médias : photographie, cinéma, télévision".
"Introduction"
Olivier Lugon (2012), "Introduction", in Olivier Lugon (ed.), 9-26.
"Mass media et musée d’art : le MoMA en crise, 1940-1947"
Ariane Pollet (2012), "Mass media et musée d’art : le MoMA en crise, 1940-1947", in Olivier Lugon (ed.), 125-142.
"“Musées sans murs” et document : la spatialisation de la photographie dans les expositions des années 1950"
Olivier Lugon (2012), "“Musées sans murs” et document : la spatialisation de la photographie dans les expositions des années 1950", in Revue de l'art, 2012(175), 27-35.
"Dynamic Paths of Thought: Exhibition Design, Photography and Circulation in the Work of Herbert Bayer"
Olivier Lugon (2010), "Dynamic Paths of Thought: Exhibition Design, Photography and Circulation in the Work of Herbert Bayer", in François Albera and Maria Tortajada (ed.), 117-144.
"Neues Sehen, Neue Geschichte : Laszlo Moholy-Nagy, Sigfried Giedion und die Ausstellung Film und Foto"
Olivier Lugon (2010), "Neues Sehen, Neue Geschichte : Laszlo Moholy-Nagy, Sigfried Giedion und die Ausstellung Film und Foto", in Werner Oechslin and Gregor Harbusch (ed.), 88-105.
"Avant la “forme tableau”: le grand format photographique dans l’exposition “Signs of Life” (1976) / Before the Tableau Form : Large Photographic Formats in the Exhibition “Signs of Life”, 1976"
Olivier Lugon (2010), "Avant la “forme tableau”: le grand format photographique dans l’exposition “Signs of Life” (1976) / Before the Tableau Form : Large Photographic Formats in the Exhibition “Signs of Life”, 1976", in Etudes photographiques, 2010(25), 7-41.
"L’exposition moderne de la photographie"/"Modern Exhibition of Photography"
Olivier Lugon (2009), "L’exposition moderne de la photographie"/"Modern Exhibition of Photography", in Gaëlle Morel (ed.), 201-211.
"The Photography of the Typographers"
Olivier Lugon (2009), "The Photography of the Typographers", in Cahiers, 2009(1), 38-53.
"Die globalisierte Ausstellung : The Family of Man, 1955"
Olivier Lugon (2009), "Die globalisierte Ausstellung : The Family of Man, 1955", in Fotogeschichte, 29(112), 65-72.
"Of Power and Politics: Steichen at MoMA"
Ariane Pollet, "Of Power and Politics: Steichen at MoMA", in Françoise Poos (ed.).
"The Cavalcade of Color : Kodak et l'Exposition universelle de 1939"
Ariane Pollet, "The Cavalcade of Color : Kodak et l'Exposition universelle de 1939", in Etudes photographiques, 2012(30).

Wissenschaftliche Veranstaltungen

Aktiver Beitrag

Titel Art des Beitrags Titel des Artikels oder Beitrages Datum Ort Beteiligte Personen
Echelles de la photographie 28.09.2012 Université de Lausanne
Reading seminar on photography 11.09.2012 Shpilman Institute for Photography, Tel-Aviv
Voir, ne pas voir : les expositions en question 04.06.2012 INHA, Paris
Exhibiting Industry/Le Spectacle de l’industrie 01.06.2012 Centre des Sciences historiques de la culture, Université de Lausanne
We, the Public 26.04.2012 SARN, Lucerne
Seminar Thomas Demand 10.01.2012 Hochschule für bildende Künste Hambourg
Grand Scale : Questions of Size and Media in Art History 14.06.2011 Getty Research Institute, Los Angeles
Getty Research Institute Lectures 28.03.2011 Getty Research Institute, Los Angeles
Getty Consortium Seminar 19.02.2011 Getty Research Institute, Los Angeles
Geography of Photography 23.09.2010 Kunsthistorisches Institut, Universität Zürich
Eikones NFS Bildkritik 02.06.2010 Eikones Forum, Basel
European Film and Media Studies 04.12.2009 Université Lyon 2, Lyon
Exposition et médias (photographie, cinéma, télévision) 29.10.2009 Centre des Sciences historiques de la culture, Université de Lausanne
13e Colloque de la relève suisse en histoire de l’art 16.10.2009 Université de Genève
Les Espaces de l’image / The Spaces of the Image 02.10.2009 Le Mois de la Photo à Montréal, Centre Canadien d’Architecture, Montréal
Points de vue: pour une histoire de la photographie 15.05.2009 Musée suisse de l’appareil photographique/Memoriav, Vevey


Selber organisiert

Titel Datum Ort
Echelles de la photographie 28.09.2012 Université de Lausanne
Grand Scale. Questions of Size and Media in Art History 14.06.2011 Getty Research Institute, Los Angeles
Exposition et médias (photographie, cinéma, télévision) 29.10.2010 Université de Lausanne

Kommunikation mit der Öffentlichkeit

Kommunikation Titel Medien Ort Jahr
Referate/Veranstaltungen/Ausstellungen Les échelles de la photographie Westschweiz 28.09.2012

Verbundene Projekte

Nummer Titel Start Förderungsinstrument
166013 Au-delà du service public : pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960 à 2000 01.12.2016 Projektförderung (Abt. I-III)
46557 Les idées dans l'espace. L'exposition didactique en Allemagne, 1919-1939. 01.04.1998 Stipendien für fortgeschrittene Forschende
178495 The Mayor, the Cow, and the Glass of Wine. 100 Years of Comptoir Suisse in Lausanne. Doing History in the Digital Age 01.09.2018 Agora
159876 Encapsulating World Culture: The Rise and the Imaginary of Microfilm (1920s to 1950s) 01.05.2015 Projektförderung (Abt. I-III)
152987 Photographie et exposition en Suisse, 1920-1970 01.01.2015 Projektförderung (Abt. I-III)

Abstract

L’avènement de la photographie dans l’institution muséale et le marché de l’art depuis une vingtaine d’années s’est appuyé sur la prédominance d’un modèle assez figé de présentation, emprunté aux codes d’exposition des beaux-arts et des arts graphiques : des images soigneusement séparées l’une de l’autre, isolées par un cadre, protégées par un verre, accrochées à hauteur des yeux, à plat sur un mur apparemment plein, de couleur unie, blanche ou claire. Si ce modèle conventionnel de mise en valeur du tableau a largement contribué à conférer au médium une aura et une valeur marchande qu’on lui refusait jusque-là, il a aussi tendu à refouler une histoire très différente de l’exposition photographique, celle d’un bouillonnement d’expérimentations et d’innovations développées au fil du XXe siècle pour dépasser précisément ce modèle des beaux-arts. Des années 1920 aux années 1960 en effet, la photographie a été perçue non seulement comme une nouvelle forme de médium, de signe ou d’œuvre d’art, mais aussi comme un agent privilégié de redéfinition des dispositifs de monstration des images et de leur rapport à l’espace. Par sa propre souplesse matérielle - une photographie n’a ni corps, ni poids, ni facture, elle peut être agrandie, rétrécie, projetée, inversée, dédoublée, découpée, collée, suspendue de multiples façons -, mais surtout par son absence de valeur commerciale et symbolique, elle a favorisé une grande liberté d’usages et d’expérimentations, et stimulé de nombreuses recherches sur la spatialisation des images.Ces recherches ont pris naissance dans la mouvance constructiviste soviétique et germanique des années 1920, dans le sillage du Bauhaus en particulier, où elles se sont chargées de fortes implications sociales et politiques. Mais les formules développées alors ont rapidement essaimé de façon très large, traversé les frontières et les milieux, pour connaître une vitalité toute particulière dans les années 1940 et 1950, où maintes expositions photographiques sont devenues de véritables architectures d’images : le spectateur y était désormais appelé à déambuler entre les images, à les mettre en relation à distance, à les percevoir avec tout le dynamisme de son avancée au milieu de formats et de points de vue changeants. En témoignent la plus célèbre d’entre elles, "The Family of Man" en 1955, mais aussi nombre de manifestations moins connues et moins étudiées, que cela soit dans le cadre strictement photographique ou au-delà, les expositions commerciales, les pavillons nationaux ou les présentations didactiques faisant alors un large usage de la photographie et des nouveaux modes d’accrochage développés pour elle.Ce champ immense d’investigation n’a fait l’objet d’aucune étude synthétique ; les modes d’exposition de la photographie sont pour l’essentiel demeurés transparents aux yeux des historiens du médium, tout comme sont restées lettre morte les déclarations mêmes des protagonistes, commissaires ou photographes, qui ont maintes fois souligné et discuté l’importance de ces choix scénographiques pour la photographie. De même, les présupposés théoriques, les implications culturelles, sociales et politiques de telles installations n’ont guère été analysés. Si certaines expositions photographiques ont bien suscité une littérature abondante, à l’instar de "Film und Foto" (1929) ou de "The Family of Man" (1955), c’est le plus souvent en faisant abstraction de leur mise en espace, comme si les images produisaient leur sens en dehors du contexte scénographique qui les porte, les met en relation, en remodèle la signification et le statut.Le présent projet de recherche entend précisément entreprendre une histoire scénographique de la photographie moderne, en croisant histoire de la photographie, histoire de l’architecture et de la muséographie. A partir de l’étude d’une douzaine d’expositions de photographie clés, il s’agira d’examiner la façon dont la mise en espace produit elle aussi un discours, et de rappeler à quel point les protagonistes de la photographie moderne, loin de la célébration de l’image en soi à laquelle on les a souvent réduits, ont pris en compte la malléabilité fondamentale - matérielle comme sémantique - du médium, et travaillé sur la co-présence du spectateur et de l’image.
-