Projekt

Zurück zur Übersicht

Les jeunes de Suisse romande face à leurs langues

Titel Englisch French-speaking teenagers in Switzerland facing their own languages
Gesuchsteller/in Singy Pascal
Nummer 108613
Förderungsinstrument NFP 56 Sprachen
Forschungseinrichtung Faculté des lettres Université de Lausanne
Hochschule Universität Lausanne - LA
Hauptdisziplin Soziologie
Beginn/Ende 01.05.2006 - 31.10.2008
Bewilligter Betrag 213'287.00
Alle Daten anzeigen

Keywords (5)

Langues; Jeunes; identité; Suisse romande; marché du travail

Lay Summary (Französisch)

Lead
Lay summary
La position périphérique réservée à la Romandie dans l’espace francophone place nombre de ses résidant-e-s adultes dans un sentiment d’insécurité linguistique qui se traduit, entre autres, par une tendance mêlée à déprécier et à valoriser les variétés locales du français. A cet égard, on ne sait rien des jeunes générations en ces matières. Une étude visant à cerner les représentations que les jeunes de 16 à 19/20 ans vivant en Suisse romande élaborent à propos des diverses variétés du français local apparaît pourtant d’un grand intérêt. En effet, les membres de cette sous-population se trouvent dans une situation de transition sociale, situation dont on sait qu’elle peut conduire à un fort investissement au plan de l’activité symbolique y compris dans le domaine linguistique. La présence sur le marché linguistique d’une variété dite «parler jeune» est aussi un élément d’importance ici puisque, si elle ne figure pas au répertoire de tous/toutes les jeunes, elle a de fortes chances de constituer une donnée qui trouve place dans leur imaginaire linguistique et partant, peut-être, dans leur construction identitaire. En outre, attendu que pour la majorité des jeunes Suisses, les années entre 16 et 19/20 ans représentent le temps de leur apprentissage professionnel et donc leurs premières fréquentations avec le monde du travail, on peut penser que le contact avec des employeurs/employeuses soucieux/soucieuses du parler de leurs apprenti-e-s conduise ces derniers/dernières à devoir prendre - avec plus ou moins de résistance - une distance plus ou moins définitive avec le «parler jeune».
L’étude projetée repose sur l’idée force que les membres de cette génération n’échappent pas davantage que leurs aîné-e-s aux conséquences qu’entraîne sur les représentations linguistiques des francophones la distribution bipartite (centre/périphéries) des espaces ayant en partage le français. Ainsi, le «parler jeune» attesté en Suisse romande offre des caractéristiques communes avec les variétés régionales du français, apparaissant, comme ces dernières, assujetti à une variété centrale (le parler jeune des banlieues parisiennes). Interrogeant la validitié de la catégorie «jeunes» au travers des concepts de «communauté de pratique» et de «réseau», l’étude admet l’hypothèse que la jeune génération est traversée par des distances sociales qui peuvent peser sur le contenu des représentations. Seront prises en compte ici non seulement l’incidence des variables genre, appartenance sociale, lieu de résidence, mais aussi celle de la variable «ethnicité», laquelle est susceptible de révéler une diversité de point de vue entre jeunes Suisses et jeunes issu-e-s de l’immigration tant sur les variétés de langue en présence que sur les enjeux professionnels et sociaux - compris en termes d’inclusion/exclusion, liés à la pratique de celles-ci
La saisie des représentations construites par les jeunes de 16-19/20 ans à propos des variétés de langue et de leur contexte d’utilisation sera opérée au travers d’une double technique: l’entretien individuel et le test évaluatif attributif. L’échantillon comprendra une soixantaine d’individus. Admis le contexte socioéconomique prévalant en Suisse actuellement s’agissant de l’insertion des jeunes dans le monde du travail et une certaine remise en cause de diverses aptitudes y relatives, les résultats de l’analyse des entretiens seront éclairés au travers du contenu de focus groups focalisés sur le lien entre langue, travail et jeunes générations et organisés avec des responsables du patronat et de la formation scolaire et professionnelle. En outre, si le présent projet est principalement centré sur les représentations linguistiques des jeunes vivant en Suisse romande, tel qu’il est conçu, il livrera des éléments liés à leurs pratiques linguistiques dans certains contextes plus ou moins formels.
Les rapports qu’ont les jeunes générations avec leur langue première, leur entrée dans le monde du travail et les problèmes de communications intergénérationnelles sont aujourd’hui en Suisse des préoccupations majeures qui concernent tant les parents que les enseignant-e-s ou les représentant-e-s des mondes politique et économique. De ce point de vue, ce projet devrait contribuer à apporter des éléments susceptibles d’éclairer pareilles préoccupations.

Direktlink auf Lay Summary Letzte Aktualisierung: 21.02.2013

Verantw. Gesuchsteller/in und weitere Gesuchstellende

Mitarbeitende

-